Partager

Malgré l’accalmie qui règne, désormais, à Sénou, les malfrats qui n’ont pas encore dit leur dernier mot se signalent, de temps en temps, dans les coins malfamés de ce grand quartier populaire. Cette fois-ci, c’est au bar tristement célèbre ‘’Détente » que les bandits se sont, une fois de plus, donné rendez-vous.

1-5.jpgSamedi 19 avril, aux environs de 22 heures, Abou Diarra, un rat des bars, s’est retrouvé, on ne sait pas trop comment, à Sénou, au bar Détente. Après avoir fait la fête, puisque ce samedi là il avait beaucoup de sous sur lui, il tenait à peine sur ses pieds. Voyant qu’il était trop saoul, Sacko Sinalé lui offrit de l’héberger, ne serait-ce que pour cette nuit.

La réalité était plutôt ailleurs, Abou avait beaucoup d’argent sur lui et c’est cet argent que Vinbougou et deux de ses complices visaient. Aidé par ses acolytes, le malfrat conduisit Abou jusqu’à sa piaule. Profitant de l’état d’ivresse de leur victime, ils l’ont délesté de tout l’argent qu’il détenait sur lui.

Après s’être échappé des griffes de ses agresseurs, Abou Diarra roulant à tombeau ouvert sur sa moto Jakarta, comme s’il avait le diable aux trousses, vint s’écraser contre la barrière du poste de contrôle de Sénou. Dieu merci, il s’en est sorti avec une blessure à la tête.

Aussitôt alerté sur cet accident assez anodin, l’inspecteur Macky le lynx et ses éléments se transportèrent sur les lieux. Ils engagèrent aussitôt une enquête. C’est ainsi que, grâce à ses réseaux d’informateurs, le Lynx fut mis au parfum de ce qui a fait courir le rat des bars.

Sa source lui confia que Vinbougou et ses deux complices ont dépossédé Abou Diarra de tout son argent mais que ce dernier, malgré son état d’ivresse, a réussi à s’échapper avec sa moto.

A cause de son état d’ivresse, un accident était d’ailleurs prévisible, raison pour laquelle les malfrats l’auraient laissé échapper, d’autant plus qu’ils n’en voulaient qu’à son argent. Macky le lynx et ses hommes se mirent donc à la recherche de Vinbougou et c’est aux environs de 2 heures du matin qu’ils parvirent à le prendre.

Au poste de police, Vinbougou a reconnu les faits. Seulement, soutient-il, il n’était pas seul. Il avait monté le coup avec un militaire de l’Armée de l’Air et un certain Pacha.
La police du 10e recherche activement les deux complices de Vinbougou, mais en attendant, ce dernier a été placé en garde à vue.

Pierre Fo’o MEDJO / L’Indépendant

25 Avril 2008