Partager

Bamako la ville des trois caïmans où chaque dimanche des centaines de mariage sont célébrés, est également la ville malienne qui enregistre le taux le plus élevé des divorces. Ismaël est justement un de ces malheureux divorcés pour qui les causes de l’échec de son mariage restent insolites. Il a bien voulu partager son histoire. Suivez !

« Janvier dernier, ma femme et moi avions célébré nos dix ans de mariage en grande pompe. Et tout semblait aller pour le mieux. Nous sommes les heureux parents de quatre merveilleux enfants. Nous vivions une vie familiale heureuse et équilibrée. Enfin, c’est ce que je pensais… ! Jusqu’au jour où ma femme m’aie jeté sur la figure une demande de divorce bien montée. » Confie Ismaël avant de poursuivre «  J’étais tellement étonné que j’ai cru au départ que cela était un poisson d’avril. Jusqu’à ce que je reçoive une lettre du tribunal me convoquant à une première audience. Stupéfait, je me suis rendu au rendez-vous et les propos de ma femme étaient sans entente. Selon elle, je suis l’homme le plus égoïste de la terre. Je ne pense qu’à ma propre personne. Elle et mes enfants sont de parfaits meubles que je ne manque pas de nettoyer de temps à temps. La meilleure partie surtout, qu’en dix années de mariage que je ne lui ai jamais fait de compliments, ni sur son habillement, ni sur sa coiffure, ni même quand elle s’occupait bien de moi au lit. »

« L’ironie du sort est que le dernier point était vrai. Je ne lui faisais pas de compliments assez souvent mais cela ne voulait pas dire que je n’appréciais pas ses efforts. Mais à mon grand désarroi, malgré que j’ai donné les bonnes explications au juge, madame n’était pas prête à repartir sur de bonnes bases. Après plusieurs tentatives de réconciliation, j’ai été obligé de faire face à l’évidence. Elle ne voulait tout simplement plus de cette union. Nous avons finalement divorcé à l’amiable. »

« La question que je me pose très souvent c’est : est-ce que tout ceci n’avait pas été prémédité depuis belle lurette !? » conclut Ismaël.

Soumba Diabaté

@Afribone