Partager


Dans le journal «L’Indépendant» numéro 1949, paru le lundi 5 mai 2008, sous la plume de Monsieur Chahana Takiou, ma photo apparaît en première et deuxième pages avec cette inscription : «Deïty Ag Sidimou, député URD de Tessalit, un des bandits armés à l’origine de plusieurs attaques, photographié à Bamako où il a participé au congrès de ce parti les 26 et 27 avril dernier au CICB.

Avis aux forces de police au cas où elles seraient intéressées».

Après la lecture de cet article, je me suis donné le devoir d’édifier l’opinion nationale et internationale. Tout d’abord, je m’inscris en faux contre toutes les allégations formulées à mon égard. Je ne suis ni de près ni de loin impliqué dans une quelconque attaque armée dans le nord de mon pays. Les informations données par M. Chahana Takiou sont tout simplement fausses et dénuées de tout fondement.

Dans ledit article, il n’y a aucune précision. Mon nom est vaguement associé à des attaques armées. Je suis victime d’un acharnement et de la non observation des règles d’éthique et de déontologie en matière de journalisme.

J’invite M. Chahana Takiou à produire, s’il en a, toutes les preuves de mon implication dans une quelconque attaque armée dans le nord du Mali.

Oui, je suis un député de l’Union pour la République et la Démocratie. J’ai la chance d’appartenir à cette formation qui défend des valeurs et principes contraires à tout ce que j’ai pu lire dans le journal «L’Indépendant». La philosophie de l’URD qui est basée sur le dialogue et le respect de l’homme constitue pour moi une source d’inspiration permanente.

Au sein de mon parti, j’apporterai toujours ma contribution au renforcement de notre démocratie, acquise au prix du sang de nos martyrs. Je reste convaincu que la paix et la stabilité sont indispensables pour le développement du nord de notre pays, le Mali.

En face de toutes ces attaques colportées dans la presse, je n’ai nullement pas besoin de me justifier. Parce que, sincèrement, je ne me reproche rien.

Quant à la rébellion au nord, je suis de ceux qui l’ont vivement condamnée dès les premières heures. Je suis un élu de la région de Kidal qui bénéficie de l’estime et de la confiance des populations qui m’ont élu dès le premier tour des législatives de 2007.

Ces informations diffamatoires portent atteinte à mon intégrité et à mon honnêteté. Elles sapent dangereusement tous mes efforts consentis pour la paix et le développement de la région de Kidal. J’aime mon pays et je suis résolument décidé à apporter ma contribution à la construction nationale. Un article de presse n’y changera rien.

Cher journaliste, vous devez apprendre à relayer de vraies informations. Car les fausses informations portent préjudice à la dignité des paisibles citoyens.


Deïty Ag Sidimou*

*Député URD, élus à Tessalit

Notre réponse :

Tous les rapports de la Sécurité d’Etat, de la Gendarmerie et des renseignements militaires vous accablent

Cher honorable Deïty Ag Sidimou, tous ceux qui vous connaissent savent que chaque fois qu’il y a résurgence des activités criminelles des bandits armés, vous êtes le plus souvent proche des théâtres d’opération qu’à l’Assemblée nationale du Mali. Et ce n’est sûrement pas là une simple coïncidence.

Nous tenons de source sûre que ce sont des amis qui vous veulent du bien, désireux de vous sauver de vos propres turpitudes, qui vous ont conseillé de quitter Tessalit avec toute votre famille pour venir vous installer à Bamako et occuper honorablement votre siège à l’Assemblée nationale. Et être ainsi plus utile à votre pays que vous ne l’avez fait jusque-là.

En fait, trop de gens vous soupçonnent de mener une double vie : honorable élu à Bamako mais, dès que les choses se gâtent, bandit armé dans les confins algéro-malien.

Une chose est certaine : tous les rapports de la Sécurité d’Etat, de la Gendarmerie, des Renseignements militaires sont accablants contre vous. Vous vous en apercevrez quand sera venu le moment de vous confondre.

La rédaction

07 Mai 2008