Partager

De nouveaux résultats du bac ont été affichés le 2 août dernier dans toute la région de Koulikoro pour la série sciences biologiques (SB). Au lycée Mademba Sy, c’était la consternation. Initialement déclarés admis à 100 %, les 8 élèves ne sont plus que deux à passer. Le calvaire d’une « ex-bachelière ».

Les élèves du lycée Mademba Sy à Kalabancoro à l’instar de beaucoup d’autres établissements de la région de Koulikoro ont connu une journée bien agitée le jeudi 2 août dernier. Tôt le matin, la rumeur de la proclamation d’un 2e résultat s’est rependue dans tout le quartier.

Ceux qui ont été déclarés « admis » le 26 juillet, tout comme ceux qui ont échoué, affolés, ont pris d’assaut leurs établissements respectifs. Au lycée Mademba Sy, les candidats se rendirent compte effectivement de la proclamation d’un 2e résultat en lieu et place de celui du 26 juillet.

Ils apprirent que seule la série sciences biologiques (SB) était concernée. Un ouf de soulagement a gagné le cœur de certains. Le nombre d’élèves qui s’étaient rués vers les lycées avait conséquemment diminué. Paniqués, et ne sachant pas le sort qui leur était réservé par le nouveau résultat, d’autres ont tout simplement renoncé à aller voir la liste au risque de ne pas pouvoir retourner en famille.

Parmi ceux qui ont osé, figure la petite D. D., une élève de la série SB au lycée Mademba Sy, qui était une des « bachelières » d’une classe de 8 élèves. Après son échec suite au résultat du 2 août, elle raconte son cauchemar. « Nous étions huit élèves en SBT au lycée Mademba Sy, nous avons tous composé. A la proclamation des résultats, les 8 sont déclarés admis, c’est-à-dire qu’on a fait 100 % de taux de réussite ».

A la veille de son « arrosage »

Pour Mlle Diakité, ça été la joie dans tout l’établissement. « Nos professeurs, la direction nous avaient tous félicités. En famille, les parents ne cessaient de parler de ma réussite ». La nouvelle du 2 août, faut-il le noter, est tombée au moment même où notre désormais redoublante devait fêter sa réussite. « C’est la veille de l’organisation d’un dîner à l’intention de mes amis que j’appends qu’il y a un autre résultat. Dans un premier temps, je me suis dit que ça ne me concernait pas. Mais comme on est au Mali, j’ai couru à l’école toutes affaires cessantes. Au portail, j’ai aperçu une camarade de classe qui était admise en train de pleurer. Immédiatement, j’ai pris peur. Cependant, je me suis nourrie d’espoir, j’ai vu encore une autre qui m’a dit par un signe de la tête que mon nom n’est pas sur la liste ».

Celle qui doit reprendre la terminale et beaucoup de parents d’élèves cherchaient à savoir les raisons de cette situation. Il leur a été simplement signifié qu’il y avait eu une erreur au niveau du pôle de correction de Koulikoro qui, par imprudence, a envoyé la liste de tous les élèves admis et non au ministère de l’Education nationale.

« Nous ne comprenons pas ce qui se passe dans ce pays ou alors ils ont remplacé nos noms par ceux des plus nantis », accuse-t-elle.

Aujourd’hui, c’est un sentiment de révolte chez les « ex-admis ». Qu’ont-ils fait pour mériter une telle déconvenue ? La réponse certainement se trouve dans la propension à proclamer urbi et orbi « un Mali qui gagne » alors qu’ici le mérite n’est plus récompensé et la faute sanctionnée.

Amadou Sidibé

08 août 2007.