Partager

La directrice générale de l’Agence nationale de la sécurité routière (Anaser), Mme Doumbia Diadji Sacko et le commandant de la Compagnie de la circulation routière, le commissaire principal Panama Dembélé, ont lancé lundi dernier, les opérations de contrôles routiers ciblant les défauts de visite technique, d’assurance, les dispositifs lumineux défectueux ou hors normes et d’autres infractions au Code de la route. Ces opérations qui se poursuivront jusqu’à la fin de l’année, concernent les Régions de Kayes, Sikasso, Ségou et le District de Bamako. Elles s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la convention, signée le 15 juillet dernier, entre l’Anaser et la direction générale de la Police nationale.

C’est à 9h30 minutes que la délégation a mis le cap sur le rond-point «Woyowoyanko», en Commune IV du District. Sur pace, policiers et agents de l’Anaser ont contrôlé plusieurs engins à quatre roues pour s’assurer du respect des normes exigées par le Code de la route. Certains véhicules étaient en règle. D’autres circulaient sans phares.

Après cette étape, les contrôleurs se sont dirigés vers les rond-point «Santoro» et celui en face du lycée «Kodonso» sur la route de Koulikoro. Là aussi, les dispositifs lumineux de mauvaise qualité ont été récupérés par les contrôleurs positionnés au niveau du poste de police. Leurs propriétaires ont été invités à mettre des dispositifs adaptés. Même constat au niveau de la Tour de l’Afrique où plusieurs phares en mauvais état ont été récupérés par les policiers en place.

À la fin de ce périple, la directrice générale de l’Anaser s’est confiée à la presse en expliquant que cette mission se tient dans la ville de Bamako et toutes les antennes de l’Anaser notamment dans les Régions de Sikasso, Kayes, Ségou et Mopti. «à travers cette signature de convention avec la police, il est question d’aller sur le terrain pour vérifier le respect du Code de la route», a rappelé Mme Doumbia Diadji Sacko. à son avis, c’est la seule manière pour vaincre le fléau de l’insécurité routière et réduire le nombre d’accidents qui surviennent sur nos routes.

En la matière, la méthode et les cibles sont claires et connues. «Ce matin, nous avons ciblé les dispositifs lumineux hors normes qu’on appelle contre brouillard, nous avons constaté que beaucoup de véhicules ne respectaient pas les normes. D’autres infractions ont été réprimées notamment le défaut de permis de conduire. Toutes les autres infractions restent ciblées mais, nous avons mis l’accent sur le dispositif lumineux hors normes», a précisé la directrice générale de l’Anaser. Pour elle, il est nécessaire que les usagers respectent le Code de la route et aient certains documents pour pouvoir circuler en toute légalité. Et surtout de veiller au respect strict de tous les signaux qui sont sur la route. Selon Diadji Sacko, le respect de ces obligations s’impose et toutes personnes ne remplissant pas ces exigences, seront sanctionnées.

Le commandant de la Compagnie de la circulation routière dira que les infractions ciblées sont des actes à bannir dans la circulation. «Le citoyen doit comprendre que l’acte qu’il est en train de poser est un acte d’incivisme qui peut lui causer du tort et à autrui sur la route», a argumenté le commissaire principal Panama Dembélé. L’officier de police a assuré que sa Compagnie et l’Anaser continueront de sensibiliser la population en multipliant les méthodes d’approche afin d’obtenir les résultats escomptés. À cet effet, il a invité les usagers à plus de coopération pour la réussite de cette mission salvatrice.

Fadi CISSÉ

Source: l’ Essor