Partager

Pour mieux lutter contre l’insécurité routière dans la ville de Bamako et ses environs, la mairie du District de Bamako, en collaboration avec l’Agence nationale pour l’Emploi (ANPE) organise depuis hier 26 avril 2010, une session de formation de 200 chauffeurs de transport collectif urbain minibus « sotramas ». La cérémonie d’ouverture de cette session de formation, qui va s’étendre sur deux semaines, s’est déroulée dans la salle de conférence du Centre de perfectionnement de l’ANPE.

Le Directeur général de l’ANPE a déclaré que sa structure « apprécie les efforts des autorités du District pour former les conducteurs dans le but de disposer d’un transport de qualité « . Il a alors souhaité bienvenue et assiduité aux participants à cette session de formation.

Pour sa part, le maire du District de Bamako, Adama Sangaré a indiqué qu’à l’heure où le président de la République en personne se fait le soldat de a lutte contre l’insécurité sur nos routes, il est bon ton que les autorités du District s’impliquent davantage dans la lutte contre cette insécurité en lançant cette opération de formation de 200 chauffeurs de minibus« sotramas », en collaboration avec l’Association internationale des maires francophones(AIMF).

Il a expliqué, en outre, que cette formation s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la congestion de la circulation à Bamako, et dans le but de diminuer les chiffres macabres de victimes d’accidents de la route.

Et M. Sangaré se dénoncer le fait qu’aujourd’hui, se rendre à l’école, au travail ou faire ses courses devient un risque. Entre les facteurs d’accidents liés au conducteur, au véhicule et à la route, le maire Adama Sangaré a affirmé que les statistiques démontrent que ceux liés au conducteur l’emportent. D’où la nécessité de former nos chauffeurs.

Le Secrétaire général du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Abel Diarra, a exprimé son soutien à une telle initiative et dire en attendre une nouvelle génération de chauffeurs plus soucieux de la sécurité sur la route et moins préoccupés par l’appât du gain. Bref une génération de chauffeurs plus consciencieux.

Bruno D SEGBEDJI

27 Avril 2010.