Partager

Plus que jamais décidé à donner un coup de fouet à ses missions, non seulement dans la lutte contre la malnutrition, mais aussi dans le développement agricole des pays pauvres, le Programme Alimentaire Mondial vient de mettre sur pied un programme dénommé dans sa version originelle anglaise «Purchase For Progress (P4P)/ Achats au service du Progrès».

Lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de lancement de ce programme, où la question genre est mise en exergue, le ministre Aghatam Ag Alassane a déclaré que «cette initiative du PAM est une nouvelle dimension des achats locaux effectués par cette organisation internationale au Mali».

Cette initiative, a-t-il poursuivi, vient conforter les efforts du Gouvernement, dans sa politique de lutte contre l’insécurité alimentaire et de la lutte contre la pauvreté.

Pour le ministre de l’Agriculture, «‘’l’initiative purchase for progress’’ est en parfaite adéquation avec la Loi d’Orientation Agricole».

La tenue de cet atelier, consacré à cette initiative salutaire, est à saluer à plusieurs titres. Elle permettra de relancer les capacités de production des petits et moyens agriculteurs maliens, accroître les revenus des petits producteurs, mais aussi, ce sera un outil pour aider notre pays à surmonter facilement les difficultés des périodes de soudure. Le gouvernement se félicite beaucoup du volet formation des producteurs que comporte cette belle initiative du Pam, financée par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Il faut préciser que l’initiative du PAM vise à s’assurer que les petits agriculteurs, particulièrement les femmes, deviennent plus compétitifs sur les marchés, afin qu’ils puissent augmenter leur productivité et leurs ressources monétaires.

Les principales activités de ce projet du PAM sont : augmenter les capacités du groupe en marketing, mettre en place les bonnes pratiques pour augmenter les ventes des petits agriculteurs, soutenir les processus de marketing établis comme les bourses de céréales.

Ce programme d’achats de céréales concernera surtout le mil et le sorgho. La passation des marchés ne se fera plus exclusivement par appel d’offres, comme c’était le cas auparavant avec les commerçants, avec une caution de garantie de 5%, mais elle se fera aussi par des contrats de vente à terme et des contrats directs.

Auparavant, la Représentante du PAM au Mali, Mme Alice Martin Dahirou, dans son mot de bienvenue avait déclaré que la lutte contre la faim a besoin d’être accentuée dans le monde.

Selon ses explications, initialement quelques 2 700 petits agriculteurs, surtout des femmes bénéficieront du projet «purchase for progress», avec une mobilisation de 1 766 738 dollars US pour deux ans (sans compter l’achat de nourriture). Le projet portera sur 3 300 tonnes.

C’est la saison des récoltes qui est retenue pour le début de ces opérations d’achats. Pour ce qui concerne le mil, la période retenue va, de septembre à novembre ; alors que pour le sorgho, c’est entre octobre et novembre.

Pour Mme Alice Martin Dahirou, le PAM sait compter sur les partenaires comme le Gouvernement du Mali, à travers le ministère de l’Agriculture, le ministère de l’Industrie, des Investissements et du Commerce, le Commissariat à la Sécurité Alimentaire, le ministère de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales.

Les donateurs et agences des Nations Unies impliqués dans cette initiative du Pam sont le Groupe de la Banque Mondiale, la FAO et plusieurs Ong dont Afrique Verte, Sassakawa Global 2000, Catholic Relief Services, etc.

A noter que l’initiative achats au service du progrès est une révolution qui permettra un renforcement des capacités des acteurs du monde rural de notre pays. Les formations se feront dans trois domaines qui sont le contrôle de la qualité, l’ensachage et l’étiquetage, le transport. Et Martin Kabaluapa, le Coordonnateur du P4P, de rappeler que «grâce aux financements reçus auprès des bailleurs de fonds, le PAM a acheté localement un total de 24 392 tonnes de vivres (maïs, sorgho/mil, sucre et farine de blé) entre 2005 et 2007. En 2008, 5 177 tonnes de céréales (mil/sorgho) ont été achetées. Cette année, ces chiffres seront largement dépassés, pour le bonheur des populations», a-t-il conclu.

Bruno D SEGEBDJI

15 mai 2009