Partager

Les rideaux sont tombés le samedi 12 avril au Carrefour des jeunes de Bamako sur le cinquième forum culturel et statutaire des Kel tamashek communément appelés « Bella» . Ces assises qui ont duré trois jours ont été marquées par des conférences-débats et des soirées traditionnelles. L’occasion a été surtout mise à profit par les Kel Tamashek pour interpeller une fois de plus le gouvernement sur l’adoption d’une loi criminalisant la pratique de l’esclavage dans notre pays.

C’est le ministre de la Justice Me Mohamed Ali Bathily qui a présidé l’ouverture des travaux. Il avait à ses côtés son homologue chargé des Affaires religieuses et du Culte.

Les participants à cette rencontre, soutenus par la Fondation Rosa luxembourg ont suivi des conférences scientifiques sur divers thèmes relatifs aux différentes préoccupations de la communauté.

Après les mots de bienvenue du président d’honneur de l’association Temedt, le président actif Ibrahim Ag Idbaltanat a réaffirmé le soutien de son regroupement au processus de paix et de réconciliation nationale en cours. Ainsi il a rappelé que depuis sa création, cette association a été d’un grand soutien pour ses membres.

« Nous avons apporté l’assistance judiciaire aux victimes de l’esclavage, nous nous sommes engagés à chercher les voies et moyens de leur réinsertion sociale » a-t-il précisé.

Cependant, il a rappelé que de nos jours, son association fait face à trois défis majeurs dont l’adoption d’une loi criminalisant la pratique de l’esclavage dans notre pays, le rôle et la place de Temedt face aux enjeux de la réconciliation et de la reconstruction nationale.

Ainsi, il a profité de cette tribune pour remercier la Fondation Rosa Luxembourg et des personnes de bonne volonté dont le patron du groupe Kledu Mamadou Sinsin Coulibaly pour leur soutien sans faille aux différents combats de Temedt.

De son côté, le représentant de la Fondation Rosa Luxermbourg, Ibrahim Thiam a au nom de cette organisation réitéré son accompagnement aux activités de Temedt.

S’agissant du ministre de la Justice, Mohamed Ali Bathily il a affirmé son soutien à cette association pour le combat qu’il mène. A le croire, Temedt est dans son plein droit de réclamer une loi criminalisant la pratique de l’esclavage. Ainsi, il a rappelé que notre gouvernement a signé l’ensemble des instruments criminalisant cette pratique. Pour lui, la question qui se pose est de savoir pourquoi ces textes ne sont pas appliqués ?

« Aujourd’hui la pratique de l’esclavage est banalisée. De ma vie de magistrat ou d’avocat, je n’ai jamais entendu un procès contre l’esclavage. Ça fait partie de mes convictions qu’aucun homme si puissant soit-il, n’est en mesure de définir un statut particulier pour ses semblables et le président de la République l’a affirmé que nul ne sera au dessus de la loi.

Ainsi l’esclavage ne pourra faire exception à cette règle a précisé le ministre Bathily avant d’inviter cette association à prendre attache avec les membres de son cabinet pour trouver les voies idoines afin de mettre un frein à cette pratique d’un autre âge.

Kassoum THERA

14 Avril 2014