Partager

Office central des stupéfiants (OCS) de Sikasso a saisi, dimanche 19 mai une importante quantité de drogues sur les sites d’orpaillage de Fourou et de Dadjan (Cercle de Kadiolo).

Il s’agit de 1.210 comprimés de tramadol, 337 comprimés de diazepan, 7 comprimés de rivotril, 186 boules de cannabis et 192 sachets de kush. La mission qui a permis cette saisie était dirigée par le chef d’antenne régionale de l’OCS et son équipe d’intervention. Les propriétaires de ces produits avaient trouvé gîte et couvert dans les sites d’orpaillage de Fourou et de Dadjan afin de mieux ravitailler leurs clients. Selon le premier responsable de l’OCS de Sikasso, ils étaient au nombre de quatre dont deux Maliens et les deux ressortissants de la sous région. Trois d’entre eux ont été interpellés et mis à la disposition du Tribunal de grande instance de Sikasso, le quatrième serait en fuite.

Également, le 18 mai dernier, au cours d’une mission à Heremakono, des agents de la douane de Sikasso ont saisi 3.500 g de cocaïne. La mission s’inscrivait dans le cadre du trafic international de cocaïne. Le propriétaire était un Nigérian âgé d’une quarantaine d’années. La cocaïne provenait du Nigéria pour Bamako. Après la saisie, les agents de la douane ont remis le dealer ainsi que la cocaïne à la disposition de l’OCS de Sikasso pour les procédures d’enquête. L’OCS les a mis à la disposition du tribunal pour des besoins d’enquête.

Notons que le 18 avril dernier le chef d’antenne de l’OCS de Sikasso et son équipe ont découvert un champ de culture de cannabis à 2,5 km du village de Gongasso (Cercle de Sikasso). Le champ contenait 352 plants de cannabis et 76 plants de pépinières. Le propriétaire du champ a affirmé qu’il s’approvisionnait en cannabis dans un village du Burkina Faso. Actuellement, le village étant touché par une attaque terroriste, il en a profité pour semer quelques plants dans son champ. Ces plants étaient mélangés à ceux de tomate, d’aubergines et d’orangers.

La mission de l’OCS a déterré les plants de cannabis et saisi la motopompe du cultivateur qui lui facilitait l’arrosage de son champ. À son arrestation, le cultivateur a affirmé avoir cultivé le cannabis pour sa propre consommation. Il a été mis à la disposition de la justice.

Le chef d’antenne de l’OCS de Sikasso a saisi l’opportunité pour inviter la population à s’impliquer dans la lutte afin d’éradiquer le fléau qui, selon lui, commence à gangrener la région.

Mariam DIABATE

Source: L’Essor