Partager

Dans le cadre du recyclage des agents de ses Ongs et des radios partenaires sur le projet de lutte contre les mutilations génitales féminines, Plan-Mali a initié un atelier de formation du 21 au 25 août 2013. A la fin dudit atelier 16 radios en sont reparties avec du matériel de travail pour un renforcement de capacité.

L’objectif de l’ atelier était de renforcer les compétences en plus des acteurs de la place, les promoteurs et animateurs des radios partenaires de Plan-Mali pour une mise en œuvre efficace des activités de promotion des droits de l’enfant et de lutte contre les pratiques traditionnelles néfastes d’une manière général, singulièrement la pratique de l’excision dans les zones dudit projet. L’atelier a regroupé environ 55 personnes pour les former une fois plus sur les conséquences néfastes des MGF dont 16 radios locales du pays. La formation a mis en évidence la corrélation qui existe entre les atteintes de la citoyenneté, la discrimination du genre et les droits humains avec cette vielle pratique qu’est l’excision.

Selon la formatrice, Koné Virginie Mokoro, il était important de rappeler aux acteurs travaillant dans le domaine de lutte contre les mutilations génitales féminines les notions du genre, citoyenneté et droit humain. En effet, la pratique des mutilations génitales chez les femmes, sont considérées contre une atteinte aux droits fondamentaux de la personne excisée, il s’agit d’une discrimination sur les femmes. Pratiquée depuis des décennies dans notre pays, l’excision grâce aux efforts certains structures comme Plan-Mali avec l’appui de certains médias, est devenu désormais un sujet non tabou dans notre pays. De plus en plus, les populations sont sensibilisées sur ses méfaits sur la jeune fille, future femme et mère de famille.

Selon la coordinatrice nationale de la lutte contre la pratique de l’excision de Plan-Mali, Bocoum Madina Daff, le partenariat fructueux de Plan-Mali avec les 16 radios partenaires locales depuis 2000, a permis de lever le voile sur l’excision. Elle ajoutera qu’actuellement les débats sont ouvert sur l’excision et ceci dans les différentes sphères de notre société. Grace aux radios de proximités, plus proches des communautés, les populations sont sensibilisées sur le sujet et Plan comme d’autres ONG peuvent mieux faire véhiculer leur message.

Et ce renforcement des acteurs clé de la société ne peut qu’être salutaire avant l’adoption d’une loi contre l’excison dans notre pays. Pour clore ces rencontres en beauté, Plan-Mali a offert du matériel de travail aux 16 radios ayant participé à l’atelier.

Khadydiatou Sanogo