Partager

Hier, mardi 30 novembre 2021, l’Office Central des Stupéfiants (OCS) a procédé à l’incinération des produits toxiques dans la commune de Dio (cercle de Kati). Les produits incinérés étaient composés de 38,659KG de cocaïne ; 1,54Kg de métamphétamine ; 32 doses de off et crack ; 5513 briques et 277,83kg de cannabis; 195kg de OG KUSH ; 75 briques de skentch ; 9370 briques et 400 kg de Haschisch; 20160 comprimés de tramadol ; 297 cartons de produits pharmaceutiques équivalent à des centaines de kilogrammes des produits pharmaceutiques contrefaits. Au total, plus de 900 Kg de produits d’une valeur de plus de 5 milliards de FCFA ont été ainsi incinérés par l’Office Central des Stupéfiants.

La cérémonie d’incinération a enregistré la présence du Directeur de l’Office Central des Stupéfiants, colonel Fousseyni KEÏTA, du substitut au Procureur de la République près la commune VI du district de Bamako, Ibrahim Sissoko, du 1er adjoint au maire de la commune de Dio Gare, Sidi Diallo et d’autres personnalités. C’est sous une forte escorte que les produits saisis ont été acheminées dans la commune rurale de Dio (cercle de Kati, région de Koulikoro) pour être incinérés.

Arrivée sur le lieu situé à une vingtaine de kilomètres de Bamako, ces produits toxiques ont été déchargés des véhicules. Et, c’est un petit espace aménagé au flanc de la colline de Dio  qui a servi de cadre pour l’incinération au vu et au su de tout le monde. Au cours de cette cérémonie d’incinération, le directeur général de l’Office Central des Stupéfiants, colonel Fousseyni KEÏTA, a accordé une interview à la presse dans laquelle il donne le sens de cette opération.

Selon lui, l’article 136 de la loi 01-078 du 18 juillet 2001 modifiée  portant sur le contrôle des drogues et précurseurs prévoit que la destruction des produits stupéfiants saisis se fasse en présence des représentants de l’autorité judicaire et les membres de la commission de destruction. Pour lui, c’est en référence à cet article et de l’arrêté N°2021-0643/MSPC-SG du 05 mars 2021 que l’OCS  procède à l’incinération des drogues saisies entre novembre 2020 et novembre 2021 par les unités de la police nationale et de la gendarmerie nationale. « Au-delà du fondement légal, la destruction des produits stupéfiants a pour but de minimiser les risques de recyclage,  mais surtout de sensibiliser la population sur l’ampleur du trafic et de la consommation de ces produits dans notre pays.

La cérémonie de destruction a un but pédagogique qui consiste à impliquer les populations à travers les organisations de la société civile à la lutte contre le trafic de drogue en suscitant un éveil de conscience chez elles », a-t-il dit. Selon le Directeur de l’Office Central des Stupéfiants, colonel Fousseyni KEÏTA, les produits incinérés sont : 38,659KG de cocaïne; 1,54Kg de métamphétamine ;  32 doses de off et crack ; 5513 briques et 277,83kg  de cannabis; 195kg de OG KUSH ; 75 briques de skentch ; 9370 briques et 400 kg de Haschisch; 20160 comprimés de tramadol ; 297 cartons de produits pharmaceutiques équivalent à des centaines de kilogrammes des produits pharmaceutiques contrefaits. « La quantité des produits saisis ont une valeur marchande de plus de 5 milliards de FCFA… », a déclaré le directeur de l’OCS.

Pour sa part, le 1er adjoint au maire de la commune de Dio Gare, Sidi Diallo, a souhaité la construction d’un lieu adéquat pour l’incinération. Cela permettra, a-t-il dit, de protéger la population contre les effets nocifs de l’opération d’incinération.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain