Partager

Il convient de rappeler que le Groupe des cinq (05) pays du Sahel dénommé G5 Sahel regroupe le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Cette force conjointe s’est fixé pour objectif de lutter contre le terrorisme dans la Bande Sahélo-Saharienne (BSS). Ladite force doit compter, selon les précisions de nos stratèges de guerre, un total de 5.000 hommes bien aguerris au combat.

Selon les mêmes statistiques, pour être pleinement opérationnel, ce G5 Sahel doit être financé à hauteur de 414 millions d’Euros. Pour rassembler l’argent nécessaire pour le fonctionnement régulier de cette force conjointe, une rencontre internationale s’est tenue à Bruxelles, le vendredi 23 février 2018. Elle fut présidée par la France d’Emmanuel Macron.

Deux (02) points attirent ici notre attention à savoir:
1. Les monarchies du Golfe sollicitées pour réussir le financement de ce G5 Sahel.
2. La France se ‘’bat’’ pour la réussite de la mission du G5 Sahel.

Que faut-il comprendre ici ?

– D’abord, il semble que les monarchies du Golfe ne sont pas étrangères à la problématique du terrorisme dans la Bande Sahélo-Saharienne (BSS). Tout au moins, bien de terroristes ayant débarqué au Sahel sont des ressortissants de ces pays du Golfe. Même si ces pays peuvent dégager leur responsabilité dans cette situation, il reste que bien de ces combattants terroristes sont des citoyens de ces monarchies du Golfe. Celles-ci peuvent-elles en toute objectivité financer des actions militaires chez nous pour éliminer leurs propres ressortissants ? Rien n’est moins sûr !

– S’agissant de la France qui pilote essentiellement le G5 Sahel «tient à tout prix finir avec le terrorisme» sur notre sol d’Afrique ! Cela semble curieux pour beaucoup de raisons:

+ D’abord, le France s’est rendue coupable de la spoliation dans nos pays, non seulement des ressources naturelles, mais aussi humaines. La traite négrière et la colonisation en disent long. Que cette même France se batte pour notre sécurité à nous, c’est comme si l’on peut imaginer un seul instant le chat se battre pour la sécurité des souris. L’exploiteur ne peut œuvrer en toute objectivité pour la paix de ceux dont il suce le sang.

+ Ensuite, en se posant la question de savoir pourquoi le terrorisme dans nos pays, on ne saurait taire la lourde responsabilité de la France tant il est vrai que dans sa furie de guerre contre le Guide libyen, Mouammar El Kadhafi, elle a largué quarante (40) tonnes d’armement dans le désert libyen. L’ONU le sait très bien mais n’exigera jamais de la France le paiement des dommages et intérêts à la Libye de cette casse organisée d’un État souverain par les «chantres» de la «liberté» et de la «démocratie». Cela est d’autant exact que dans tous les pays occidentaux, la vérité c’est pour les grands et le tord pour les pauvres. C’est bien ce que l’écrivain français Jean de la Fontaine disait dans sa fable intitulée: «Les Animaux malades de Peste». Il a écrit: «Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.» La même France qui a largué ses armes en Libye, ne peut parler de paix aux Libyens. Décence oblige !

Indubitablement, ce sont ces mêmes armes qui sont utilisées dans le Sahel par lesdits terroristes que la France se dit engagée à combattre. Veut-elle jeter la poudre aux yeux de qui ? Elle allume le feu chez nous, ensanglante nos pays et court pour l’éteindre. Il n’y a pas plus grand bluff que cette attitude des autorités françaises.

+ La France alimente le terrorisme sur notre sol et se fait appeler pour nous «sauver». Si en cassant la Libye elle a commis une tragédie, en mettant au point le G5 Sahel, elle joue cette deuxième fois à la comédie. Les intellectuels africains l’ont bien compris et la France sait qu’ils ont compris sa démarche.

+ Elle est, à travers sa force Barkhane, durablement installée dans le nord de notre pays. Cette même France joue aux sapeurs pompiers sur notre sol: quelle farce ! L’épervier ne saurait œuvrer pour la paix de la basse cour. Mais les gouvernants français doivent se rendre à l’évidence que la page de cette classe politique africaine qu’elle manipule à souhait contre nos peuples est en train de se tourner inexorablement. La lutte que la jeunesse africaine va engager c’est bien celle contre le colonialiste et le néocolonialisme français. Cette lutte sera menée jusqu’au bout car personne n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres.

+ Dès lors que l’initiative du G5 Sahel est française, il n’y a rien à attendre que la volonté de la France de transformer nos territoires en champs de bataille pour protéger le sien de ce que l’on appelle dans l’Hexagone le terrorisme.
+ Par cette attitude, la France vise à sous traiter notre sécurité au Sahel. Dès lors, il faut se rendre à l’évidence que les pays du G5 Sahel ont besoin d’assurer eux-mêmes leur propre sécurité avec l’aide de pays amis comme la Chine, la Russie, Cuba, Corée du Nord. Il y a là un impératif historique si nous voulons la paix dans notre sous région africaine. Cela est un impératif historique car, il n’est plus à démontrer que la France n’est jamais présente quelque part en Afrique où il y a la paix. Allez jeter un coup d’œil sur la Centrafrique, le Soudan, aujourd’hui le Mali.

Historiquement, la colonisation a permis à la France de sucer le sang des Africains. Aujourd’hui, les petits fils des colonisateurs français poursuivent la même politique maquillée de discours démocratistes et sécuritaires.
Vraiment, ça suffit !

Fodé KEITA

Du 26 Février 2018