Partager

La salle de conférences de l’hôtel Salam a abrité, dans la matinée de lundi 27 août, la cérémonie d’ouverture de l’exercice militaire Flintlock. C’était sous la présidence du Secrétaire général du ministère des Forces armées et des Anciens combattants, le général de brigade Salif Traoré, en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Terence P. McCulley.

Placé dans le cadre du développement du partenariat militaire, l’opération Flintlock 2007 a pour objectif d’améliorer la capacité d’échange d’informations des pays participants, membres du partenariat transsaharien. Qui regroupe le Mali, l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Tchad et la Tunisie, liste à laquelle il faut ajouter le Burkina Faso, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la France.

Dans son allocution, l’ambassadeur Terence P. McCulley a exprimé toute la gratitude du gouvernement des USA à l’endroit de celles du Mali pour avoir accepté d’abriter l’exercice militaire en cours. Il a ensuite soutenu que « les Etats-Unis organisent de tels exercices tous les deux ans dans les pays d’Afrique, mais celui-ci revêt une importance particulière du fait de son envergure et de la période de son avènement. Car Flintlock 2007 coïncide avec la création, le mois prochain, d’Africom« .

Parlant du développement dans le cadre du partenariat militaire, le diplomate américain a affirmé que, de son point de vue, Fintlock peut aussi bien servir à des causes autres que militaires, à l’exemple des activités visant à la réduction de la pauvreté et des inégalités pouvant générer le mécontentement et l’extrémisme. Ces causes sont toutes aussi importantes pour le partenariat transsaharien dans la lutte contre le terrorisme.

Le général Salif Traoré, Secrétaire général du ministère des Forces armées et des Anciens combattants a, pour part, déclaré dans son discours d’ouverture: « L’exercice Flintlock 2007 dont nous avons tant souhaité la tenue, en raison de l’acuité de la problématique de l’insécurité grandissante qui menace la stabilité mondiale, s’inscrit dans le cadre des réflexions internes et la mise en œuvre des voies et moyens pour apporter des réponses appropriées à ce qu’il conviendrait d’appeler le terrorisme frontalier. Convaincu par l’adage bamana qui dit qu’un seul doigt ne peut prendre un caillou, le Mali est plus que jamais déterminé à partager ses expériences avec tous ses voisins, avec tous ceux qui le désirent et avec ceux qui sont animés de la même volonté que lui. Nous sommes par ailleurs conscients que le combat contre le terrorisme transfrontalier nécessite la mise en œuvre de moyens très importants qui font appel à la solidarité internationale« .

Le général Salif Traoré a saisi cette occasion, au nom des plus hautes autorités du Mali et de toutes les composantes des Forces armées et de sécurité, pour adresser les vifs remerciements du peuple malien à tous les participants. Il les a ensuite rassurés de toute la disponibilité du gouvernement malien pour le bon déroulement de l’exercice militaire.

Flintlock, dénomination commune des fusils de guerre du 18e siècle, était un exercice biennal organisé par les Forces spéciales américaines dans un pays allié d’Afrique ou d’Europe pour la formation des officiers d’état-major dans la conduite des opérations de maintien de la paix. Il s’est tenu au mali pour la première fois du 1er au 30 juillet 2000 à l’école de la Gendarmerie nationale à Faladié.

Flintlock 2007 est le scénario d’un exercice d’ordre préventif (CXP), dirigé comme un ensemble d’opérations militaires destinées à fournir un entraînement réel aux Africains, aux Européens et aux Américains. Il sert aussi à améliorer la communication dans un service commun et dans un environnement multinational. Le CXP implique l’instruction commune, un scénario de pré-développement et un groupe de contrôle de l’exercice pour entraîner l’ensemble des nations participantes à collaborer dans la résolution des crises régionales.

Enfin, l’exercice militaire en cours a pour but d’améliorer les relations régionales et les capacités de lutte contre le terrorisme des nations partenaires tout en améliorant la synchronisation entre les armées du Sahara.

Pierre Fo’o MEDJO

28 août 2007.