Partager

Cette caravane a été lancée le 4 novembre dernier à Nouakchott et prendra fin le 4 décembre prochain à Abuja au Nigeria après avoir traversé le Mali, le Niger, le Sénégal et le Burkina Faso.

Ainsi, l’alliance des leaders religieux du Mali (musulmans et chrétiens) a décidé d’appuyer les actions de lutte contre le Vih/Sida menées par le gouvernement.

Une première dans la sous-région : les religieux et les politiques se donner la main pour faire front commun contre le Sida.

C’est pourquoi, ils ont organisé un meeting de sensibilisation à l’endroit des populations et de soutien aux caravaniers, le mercredi dernier au Stade Omnisports Modibo Kéïta.

«La lutte contre la discrimination et la stigmatisation contre le Vih/Sida» a d’ailleurs été retenu comme thème de la caravane transnationale.

Toutes choses qui feront dire aux leaders religieux que la discrimination et la stigmatisation sont des facteurs qui aggravent la maladie.

Selon eux, la lutte contre le Sida est un défi non seulement national mais aussi universel et individuel.

Devant les autorités du pays et un nombreux public, ils (les leaders religieux) ont donné tour à tour leur notion d’engagement, avec à l’appui des messages d’assurance à l’endroit des personnes vivant avec le Sida.

Mais la lutte contre le mal ne peut réussir sans l’implication de tous à travers l’information et la sensibilisation, dans les familles, les lieux de culte, les «grin» etc.

Le Sida est un mal qui atteint quarante millions de personnes chaque année dont trois millions de décès annuel.

Cette caravane a été possible au Mali, grâce à l’appui financier et technique des partenaires comme l’USAID, le projet Awara-HIV/AIDS, Poly project, etc.

La ministre de la Santé, Mme Maïga Zénaïb Mint Youba, a exprimé sa joie de voir cette alliance s’élargir dans la région de l’Afrique de l’ouest et du centre qui est à encourager avant d’ajouter : «la composition de la caravane avec les musulmans, catholiques, protestants, personnes vivant avec le Sida et les journalistes, est éloquente en matière de plaidoyer pour la lutte contre la discrimination et la stigmatisation».

Quant à Malick Sène, secrétaire exécutif du Haut Conseil National de lutte contre le Sida (HCNLS), il a estimé que la lutte contre le Vih/Sida se situe sur deux plans : médical et communautaire.

Dans le premier cas, les autorités sanitaires sont les maîtres du versant médical tandis que dans le deuxième, la population est championne dans le volet communautaire.

Les chorales protestante et catholique et les groupes musulmans ont également lancé des messages de soutien envers les malades du Sida à travers chants et danses.

La cérémonie a regroupé des membres du gouvernement dont Nancoma Kéïta ministre de l’Environnement représentant le président de la République, les ambassadeurs, les représentants d’ONG et des religions.

Hadama B. Fofana
(Stagiaire)

18 novembre 2005.