Partager

Dans la lutte contre le coronavirus, le temps n’est pas encore à l’optimisme. Le patron de l’OMS invite à poursuivre la mise en œuvre des mesures de prévention du coronavirus.

Après des annonces optimistes ces derniers jours sur l’efficacité d’un vaccin contre le coronavirus à 90 %, le patron de l’OMS a donné un coup cinglant à cet optimisme, lundi 16 novembre 2020, au cours de la réunion duConseil exécutif de l’OMS. « Depuis le début de la pandémie de COVID-19, nous savions qu’un vaccin serait essentiel pour maîtriser la pandémie. Mais il est important de souligner qu’un vaccin complétera les autres outils dont nous disposons, pas les remplacera », déclare Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, sur son compte Twitter. Selon lui, « un vaccin à lui seul ne mettra pas fin à la pandémie de COVID-19 ».

Au cours de cette session du conseil exécutif de l’OMS, Dr Tedros a avancé des argumentsexpliquant pourquoi « un vaccin » serait toujours insuffisant s’il n’est pas accompagné par d’autres mesures. Selon lui, plusieurs problèmes subsisteront même si on parvenait à avoir un vaccin efficace. « Au départ, l’offre sera limitée, de sorte que les agents de santé, les personnes âgées et les autres populations à risque seront prioritaires », a-t-il précisé. Toutefois, il fonde espoir que « cela réduira le nombre de décès et permettra aux systèmes de santé de faire face ».

Dr Tedros invite alors à ne pas renoncer prématurément aux mesures visant à contrôler l’expansion de la pandémie de coronavirus. Il s’agit entre autres de : poursuivre la surveillance ; tester, isoler et soigner ; tracer les contacts et mettre en quarantaine ; engager les communautés, etc.

Malgré tout, notons l’existence d’un véritable engouement autour de la recherche de vaccin contre la Covid-19. La société américaine Moderna a annoncé lundi dernierl’efficacité de son vaccin à 94,5 %. Selon Dr Anthony Faucy, les résultats de ce vaccin sont « incroyablement impressionnants », confie-t-il à l’AFP. Du coup, les États-Unis espèrent vacciner 20 millions de personnes d’ici la fin de l’année.

F. Togola

Source: Le Pays