Partager


Dans le souci constant de renforcer les capacités locales et d’augmenter le taux d’alphabètes, une nouvelle initiative vient d’être lancée par le ministre en charge de cette question. Elle prévoit la création de 70 centres d’alphabétisation à Bamako et Kati.

Pour l’information et la sensibilisation des acteurs locaux sur les objectifs de cette politique, une cérémonie a été organisée hier à la Direction Nationale de l’Education non Formelle ex-DNAFLA.

La rencontre était présidée par le ministre de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo. Elle a enregistré la présence de la représentante du ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, le représentant de celui de l’Environnement et de l’Assainissement ainsi que les chefs des quartiers ou leurs représentants du District de Bamako et de Kati, des maires et les représentants des organisations de la société civile.

Une initiative née d’un constat

Le point saillant de cette rencontre avec les acteurs locaux était la création d’un centre d’alphabétisation dans tous les quartiers, les conditions de fonctionnement ou de formation, ainsi que l’objectif principal des autorités en vue de renforcer le processus du développement à la base.

Un message lancé en langue nationale Bamanakan, à travers lequel on pouvait retenir en dehors de la construction des centres d’alphabétisation, la formation des formateurs qui seront chargés d’enseigner dans les nouveaux centres, la mise en place d’un comité de suivi et d’évaluation dans chaque quartier.

Cette initiative est née d’une remarque pertinente, il s’agit du taux élevé d’analphabètes dans la tranche des adultes et des vieillards, surtout la frange féminine.


Appuyer le développement

En vue de remédier à ce fléau et faciliter la transmission du message du sommet à la base, cette idée a été longtemps mûrie par le gouvernement. Sa mise en œuvre vient à travers certaines remarques pertinentes.

Il s’agit de la faiblesse de l’électorat malien, les difficultés relatives à l’assainissement et au développement local. C’est dans cette optique mais aussi pour atteindre les objectifs du PDES, que le gouvernement, par le biais du ministère de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et Langues Nationales continue de multiplier les efforts.

Aux dires de Mme le ministre, cette prise de contact avec les acteurs locaux, en l’occurrence les chefs de quartier est un facteur indispensable à sa réussite. Elle permettra la transmission et la compréhension du message à la base.

La première phase de cette action concerne le District de Bamako et la commune urbaine de Kati. Elle sera intensifiée plus tard à l’intérieur du pays.

Pour l’atteinte des objectifs assignés la collecte des noms des formateurs représentant chaque quartier est en cours. Il s’agit de deux représentants par quartier.

La formation elle-même débutera le 1er novembre prochain dans la salle de conférence de la Direction Nationale de l’Education non Formelle ex-DNAFLA, qui sera suivie par la mise en place des comités de suivi et d’évaluation dans tous les quartiers.

Ousmane BERTHE (Stagiaire)

17 Octobre 2008