Partager


Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de lutte contre tuberculose, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en partenariat avec le Programme National de Lutte Contre la Tuberculose (PNLCT), a organisé une rencontre de presse le 7 Avril 2008, dans la salle de conférence de l’OMS.

La rencontre s’est déroulée en présence de toute l’équipe du Programme National de Lutte Contre la Tuberculose, du Directeur National de la Santé, M. Toumani Sidibé et de la nouvelle représentante de l’OMS, Mme Fatoumata Binta Tidiane Diallo.

L’objectif de cette conférence était d’informer l’opinion sur la situation de cette maladie, tant au niveau international que régional et national. Selon la coordinatrice du PNLCT, Mme Diallo Alimata Naco, la tenue cette journée est non seulement dédiée aux hommes et aux femmes qui, à travers le temps, ont participé à la lutte contre la tuberculose, mais elle célèbre aussi tous ceux qui ont été guéris de cette terrible maladie.

La journée que le Mali va célébrer le jeudi prochain (10 Avril) permettra de sensibiliser l’opinion sur le danger que la tuberculose présente pour la santé aux niveaux international, régional et national.
A en croire Mme Diallo, la tenue de cette journée permettra également de rappeler à tous que la lutte contre la tuberculose continue.

Elle est aussi l’occasion de saluer les efforts concertés de tous les pays qui combattent cette maladie. Alimata Naco a par ailleurs noté que la tuberculose peut être soignée, voire éliminée, grâce à des efforts soutenus et des ressources suffisantes.

Au cours de son exposé, elle a souligné qu’il y a deux types de tuberculose : la tuberculose pulmonaire et celle extra pulmonaire. A ses dires, chaque année, 8 à 10 millions de personnes contractent la maladie, et 2 millions en meurent. Et environ un tiers de la population mondiale, soit à peu près 2 milliards de personnes, sont porteuses du bacille tuberculeux, même si la plupart d’entre elles ne développeront jamais la maladie.

En 2007, au Mali, 5366 cas de toutes formes ont été dépistés. Selon la conférencière, la stratégie DOTS (Directly Observed Treatment Short Course ou traitement de courte durée sous observation directe) est la meilleure stratégie de lutte. Dès qu’il commence le traitement, le malade ne peut contaminer qui que ce soit, dira Mme Diallo. Mieux, selon elle, le traitement et le dépistage de la tuberculose sont gratuits.

Quant à la représentante de l’OMS, Mme Fatoumata Binta Tidiane Diallo, elle s’est félicitée de la tenue de cette journée. Pour la promotion de la santé, elle signale qu’il incombe aux médias d’informer, de sensibiliser et de mobiliser pour faire comprendre aux populations le danger de certaines maladies telles que le la tuberculose, le paludisme, le sida.

La représentante de l’OMS a également noté que la journée mondiale de lutte contre la tuberculose est un appel lancé à tous. Elle a par ailleurs précisé que le slogan de cette année est “Je m’engage ! Halte à la tuberculose ! ”.

Pour l’occasion, elle a révélé les six stratégies pour une lutte efficace contre la tuberculose. A savoir : étendre la stratégie DOTS, lutter contre la co-infection VIH/Sida, contribuer au renforcement du système de santé, impliquer les soignants dans la lutte, donner aux malades la capacité d’agir, et favoriser la recherche.

Mariétou KONATE

08 avril 2008.