Partager

La réussite de la lutte contre la mendicité au Mali est l’une des exigences du Programme de Développement Economique et Social (PDES) du président de la République, Son Excellence Amadou Toumani Touré. Dès lors, la réussite du PDES par l’équipe gouvernementale dirigée par M. Modibo Sidibé doit nécessairement passer par des solutions apportées au problème de mendicité qui est aussi un facteur de pauvreté.

En effet, aujourd’hui à Bamako, la capitale, les grandes artères des carrefours sont envahies par des petits mendiants. A côté de ceux-ci, on constate l’effectif pléthorique des vieux et des vieilles. Certains d’entre eux sont des débiles mentaux, des handicapés. Et il arrive parfois qu’on se demande qui est mendiant, qui ne l’est pas parmi ces personnes.

En ce moment, ce phénomène auquel nous assistons dépasse tout commentaire. Ce qui nous amène à poser les questions de savoir, qu’est-ce qu’un mendiant ? Quelles explications peut-on donner à ce phénomène ? En tout état de cause, ce phénomène interpelle plusieurs départements ministériels.

QU’EST-CE QU’UN MENDIANT ?

La réponse à cette question est d’une importance capitale pour mieux assimiler les contours de ce phénomène de plus en plus récurrent. Un mendiant peut se définir comme étant “une personne qui développe des caractères sociaux qui ne lui permettent pas de faire face aux risques et aux urgences”. Partant de cette définition, on en vient aux facteurs qui engendrent ce phénomène.

LES FACTEURS EXPLIQUANT LA MENDICITE

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. Dans notre société où la majeure partie de la population est pauvre, il est évident que la mendicité se fait sentir. Mais, compte tenu de son évolution et de son ampleur dans notre société, ce phénomène est devenu un problème social récurrent.

Le manque de scolarisation des enfants est un facteur aggravant de la situation. Il y a également le manque de solidarité entre les citoyens qui peut inciter les orphelins à s’adonner à la mendicité pour survivre. Notons aussi que les problèmes familiaux ou les querelles et les insultes entre les couples du foyer conjugual, surtout quand ces incidents se passent devant les enfants, les incitent parfois à quitter la famille.

Donc c’est le début de la mendicité. Il arrive donc souvent que les parents sont les premiers responsables de la mendicité. Cela s’explique par le fait que les enfants sont remis à un maître coranique pour l’apprentissage sans une aide ou un suivi particulier pour leur prise en charge. Ce sont là autant de facteurs qui sont à l’origine de ce phénomène de mendicité. Que faut-il donc faire pour éradiquer le phénomène ? La mendicité pose aussi des problèmes de sécurité sanitaire, routière et sociale.

LES DEPARTEMENTS MINISTERIELS INTERPELLES

Plusieurs ministères peuvent être interpellés pour la recherche de solutions à ce problème. Le ministère du Développement Social doit renforcer son contrôle, son aide et sa solidarité envers les personnes âgées. Il s’agit ici d’envisager des actions concrètes et durables à leur faveur, à travers des aides qui leur permettront de sortir de ce fléau.

Aussi, le ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, avec les élus communaux, peut beaucoup faire en faveur des collectivités locales décentralisées, notamment en direction des personnes démunies dans les communes. Les élus ont une très lourde responsabilité pour créer des projets visant à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations.

Il y a en outre un rôle non négligeable qui peut être joué par le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. Car, l’équilibre familial et les actions concrètes spécifiques en faveur de chacune de ces couches sociales contribueront à éradiquer le phénomène de mendicité.

Quant au ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, il doit lui aussi veiller à la sécurité des citoyens contre les mendiants qui perturbent la circulation et se transforment souvent en délinquants de toutes sortes.
En plus, le ministère de la Justice doit être ferme dans l’application des règles qui sont élaborées contre ce phénomène de mendicité. Bref, le concours de toutes ces synergies permettra de trouver des solutions à ce problème.

Il leur appartient donc de s’appuyer sur les structures qui ont pour vocation d’encadrer ces enfants, mais aussi sur certaines composantes de la société civile qui comptent parmi les plus avisées par rapport au phénomène de la mendicité au Mali.

Hady BARRY

22 novembre 2007.