Partager

Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux Mahamadou Kassogué a présidé, hier dans les locaux de son département, l’ouverture de la réunion du comité de pilotage du Programme national intégré de lutte contre la drogue et la criminalité organisée. C’était en présence du coordinateur dudit programme, Boubacar Touré et des membres de son équipe.

De 2012 à nos jours, le Programme national intégré de lutte contre la drogue et la criminalité organisée est confronté à certaines difficultés suite au retrait de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), qui reste son partenaire stratégique. Ainsi, cette rencontre offrait l’opportunité aux participants de faire un état des lieux du Programme afin d’édifier les partenaires nationaux et trouver les formules idoines pour la reprise de ses activités. Pour rappel, notre pays a ratifié la plupart des instruments juridiques internationaux contre la criminalité transnationale organisée et est partie aux différentes conventions internationale, régionale et sous régionale en matière de sécurité et de criminalité.

Le Mali a en outre signé les différents traités de coopération et d’entraide judiciaire avec la quasi-totalité des pays de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), et avec d’autres pays africains et européens. Ces instruments juridiques internationaux sont complétés par plusieurs textes nationaux offrant à notre pays, un arsenal juridique prenant en compte les différentes formes que revêt la criminalité organisée. En plus du code pénal et du code de procédure pénale, le Malis’est doté de législations spécifiques relatives aux armes et munitions, aux trafics des êtres humains et de migrants…

Pour coordonner la lutte contre toutes ces formes de criminalité, le Programme national intégré de lutte contre le trafic de drogue et la criminalité organisée, a été créé, en 2009. Il vise à améliorer la capacité opérationnelle du gouvernement et à empêcher l’utilisation de son territoire pour les trafics illicites et le crime transnational organisé.

Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a rappelé que le gouvernement, sous la conduite du Dr Choguel Kokalla Maïga, a inscrit au rang des priorités de l’action gouvernementale la lutte contre l’impunité, sous toutes ses formes. à cet effet, Mahamadou Kassogué a assuré que les dispositions seront prises pour renforcer les moyens d’action des structures opérationnelles de lutte contre la criminalité organisée.

Aussi, a-t-il promis que son département ne ménagera aucun effort pour renforcer les capacités du Programme national intégré afin qu’il puisse jouer pleinement son rôle. Le ministre Kassogué a, par ailleurs, saisi l’occasion pour inviter l’ensemble de nos partenaires, singulièrement l’ONUDC, à accompagner notre pays dans cette dynamique.

Bembablin DOUMBIA

SOURCE : ESSOR