Partager

Tout est parti d’une fouille régulière d’un Land Cruiser de marque Ford, en provenance de la Guinée Conakry avec à son bord, un opérateur économique dont les douaniers du bureau secondaire de Kourémalé ont tu le non pour des raisons d’ordre déontologique.

L’Inspecteur Ibrahima Condé, le chef du Bureau secondaire des Douanes de Kouremalé, a déclaré, que le propriétaire de ces produits prohibés serait un habitué du tronçon Bamako-Conakry. Aux dires de certaines personnes, a-t-il poursuivi, il passe fréquemment à Kouremalé pour Bamako ou pour Conakry.

Le chef du Bureau des Douanes de Kouremalé a confié que l’homme avait minutieusement emballé «sa marchandise» dans huit grosses valises. Il pensait ainsi avoir trouvé la solution idoine pour tromper la vigilance des agents de sécurité notamment les éléments du Bureau des Douane de Kouremalé.

Sa surprise fut grande, au soir du mercredi 14 janvier 2009, soit quelques minutes après son entrée dans la cour de la Douane, quand les agents lui intimèrent l’ordre d’ouvrir l’une de ses valises pour prendre connaissance du contenu.

Paniqué, l’opérateur économique, sans se poser de questions, a tenté de corrompre les douaniers en service, en leur proposant de l’argent, mais sa tentative est restée vaine.

Il aurait même demandé aux agents en garde de lui communiquer un montant pour régler l’affaire. Mais les agents en service ce mercredi 14 janvier, respectueux des droits édictés par le code douanier, ont décidé d’aller au bout de leur fouille. Ayant découvert du viagra étiqueté sous le nom de « VengRay », les douaniers en poste ont porté l’affaire au niveau du chef du bureau.

Ainsi, après vérification des faits, l’Inspecteur Condé a décidé que les produits prohibés et le véhicule qui les transportait soient mis sous confiscation douanière.

Le chef du Bureau secondaire des Douanes de Kouremalé, l’Inspecteur Ibrahima Condé, après avoir fait le constat, a rendu compte à ses chefs hiérarchiques. Par ailleurs, le produit piraté a été évalué à plus de 740 millions de FCFA.

Citant les spécialistes en médecine, l’Inspecteur Condé a relevé que ce produit ne peut être consommé sans prescription médicale. Il serait la principale cause de beaucoup de décès consécutifs à une crise cardiaque.

L’Inspecteur Ibrahima Condé, devenu « Chevalier de l’Ordre National  » du Mali, à la faveur des dernières distinctions de ce mois de janvier 2009, a profité de notre présence pour lancer un pressant appel aux populations.

Il a en outre, souhaité une plus grande collaboration entre les agents des trois forces principales de lutte contre la criminalité et le grand banditisme (police, gendarmerie et douane). Il est important, a-t-il dit, de comprendre que, compte tenu de l’ampleur de la situation qui prévaut, aucune de ces trois forces ne peut, à elle seule éradiquer le fléau de la lutte contre le grand banditisme et la fraude.

Zhao Ahmed BAMBA

21 Janvier 2009