Partager


La salle des banquets du CICB a servi de cadre à la cérémonie de lancement des activités de la journée mondiale de la vue et de la semaine nationale de lutte contre la cécité le jeudi 9 octobre 2008 avec comme thème : <<regard tourné vers l’avenir vision et vieillissement>>.

Cette cérémonie présidée par le chef du gouvernement M. Modibo Sidibé a enregistré la présence des membres du gouvernement, de la représentante de l’OMS, de l’UNICEF, des organisations internationales et intergouvernementales, des ONG intervenant dans la lutte contre la cécité.

Les équipements rémis

Ladite cérémonie de lancement de la 8ème semaine nationale de lutte contre la cécité et de la journée mondiale de la vue a été marquée par la remise d’équipements ophtalmologiques (lampe à fente avec tonomètre, ophtalmomètre de javal, ophtalmoscope, frontogocomètre, boites de verres d’éssai et monture, échelles électrique, microscope opératoire) et de hits de trichiasis pour une valeur de 59 575 000F CFA au ministère par Sight Savers International (SSI) pour les équipements et par International Trachoma Initiative (III) pour les kits de trichiasis.

La cécité, un problème socio-économique

A la cérémonie de lancement, le ministre de la Santé a rappelé que la perte de la vue représente actuellement un énorme fléau pour l’humanité en général et en particulier pour les pays en développement dont le Mali. Pour lui, en plus de la souffrance humaine, la cécité est un important problème socio-économique qui entraîne une baisse partielle ou totale de la production et de la productivité.

Selon lui, les conséquences sociales ne sont pas moins graves si l’on sait que dans notre contexte, la réhabilitation du handicap visuel est insuffisamment prise en compte et que la plupart des enfants victimes ne vont ni à l’école, ni à l’apprentissage d’un métier.


Le Ministère de la Santé


Selon M. le ministre de la Santé, la prise en charge, quelquefois exclusivement chirurgicale, des pathologies qui entraînent la cécité requiert des ressources humaines qualifiées et compétentes, dont le nombre est largement insuffisant dans notre pays.

Ainsi, il a souligné qu’on compte seulement 28 médecins ophtalmologistes pour 12 700 000 habitants, et 106 techniciens spécialisés en ophtalmologie sont opérationnels au Mali. Soit 1 médecin ophtalmologiste pour environ 470 000 habitants. Mais, quand on exlut Bamako, on a un ratio de 1 médecin ophtalmologiste pour 1 833 000 habitants.

L’importance des ressources humaines

Il a par ailleurs souligné que ces ressources humaines constituent la première source de gain de productivité et de création de la valeur ajoutée, on mesure à sa juste valeur le défi qui est le nôtre d’assurer une santé visuelle de qualité nécessaire à la viabilité économique de notre pays. C’est pourquoi, selon lui, des mesures sont prises pour recruter chaque année.

Pendant les 5 années à venir, il y a au moins 10 médecins candidats au certificat d’études spéciales, cela devra permettre d’atteindre la masse critique nécessaire pour accéder au ratio, recommandé par l’OMS, de 1 ophtalmologiste pour 250 000 habitants.

Il a par ailleurs remercié et salué particulièrement les efforts du Centre Carter, de Helen Keller International, de Sight Savers International, de International Trachoma Initiative, de l’Organisation pour la prévention de la cécité, de l’USAID, de World Vision, du Lions Club International et de Cristoffel Blinden Mission qui déploient des trésors d’imaginations et de savoir-faire pour traiter nos populations afin d’atteindre les objectifs de <<Vision 2020: le droit à la vue>>.

Tout en soulignant les efforts de l’Opération Milagro, fruit du partenariat entre le Mali et Cuba, auquel se joindra le Vénézuéla, les activités supplémentaires de prise en charge de la cataracte permettront au Mali de solder les cas de cataracte <<laissés pour compte>> et qui se chiffrent à plus de 60 000 unités.

Avant de souligner les efforts la Fondation Orange Mali qui s’investit depuis plusieurs années dans la chirurgie gratuite de la cataracte dans le Mali profond, et de Sotelma/Malitel qui équipe les districts sanitaires en matériels ophtalmologiques.

Le premier ministre

Dans son discours de lancement, le chef du gouvernement a souligné que la commémoration de la Journée mondiale de la vue vise à sensibiliser davantage l’opinion à la prévention et au traitement des maladies pouvant engendrer la cécité. Avant de rappeler que si la prévalence de la cécité est de 0,2% dans les pays industrialisés, elle est 5 à 10 fois plus élevée dans les pays en développement.

De ce fait, selon lui, la cécité n’est plus seulement un problème de santé publique ou de souffrances humaines, mais aussi un grave problème de développement, hypothéquant la production et la productivité. Et le chef du gouvernement d’ajouter qu’il est constant qu’au Mali, comme sans doute dans beaucoup d’autres pays d’Afrique, le ratio personnel spécialisé/population est nettement en deça du ratio de l’Organisation Mondiale de la Santé et la couverture en soins oculaires est encore faible.

Les atouts du Mali

Avant de préciser que notre pays dispose d’un certain nombre d’atouts. En plus de la ferme volonté politique des plus hautes autorités en faveur de la santé oculaire, dont l’Opération Milagro est une illustration évidente, il s’agit entre autres atouts de l’existence de l’IOTA, structure, de troisième référence en soins oculaires, de l’existence d’une politique sectorielle de santé basée sur la participation communautaire en enfin de la capitalisation d’une longue expérience en matière d’ophtalmologie de santé publique à travers l’opération Yeelen.

Il a par ailleurs souligné qu’en ce mois d’octobre, traditionnellement dédié à la solidarité et à la lutte contre l’exclusion, où l’ensemble de notre communauté nationale se préoccupe fortement des personnes âgées en général et de leur état de santé en particulier, cette commémoration prend une dimension toute particulière.

Il a ensuite appelé à une mobilisation générale contre les pathologies pouvant compromettre la vision du troisième âge et pour que tous ensemble, nous gagnions le combat contre la cécité.


Remise de véhicules

Au lendemain du lancement des activités de la journée mondiale de la vue et de la semaine nationale de lutte contre la cécité, le ministre de la Santé M. Oumar Ibrahima Touré a remis des véhicules à différentes structures relevant du département de la santé. La cérémonie de remise s’est déroulée le vendredi 10 octobre 2008 dans la cour du département de la santé.

C’était en présence du coordinateur de III (International Trachoma Initiative) au Mali Dr. Antando Telly, des responsables des services rattachés au département et plusieurs autres invités.

Soulignons que parmi les véhicules remis par le ministre de la Santé, deux véhicules Hilux d’une valeur de 33 millions de francs CFA ont été offerts par International Trachoma Initiative. Et les autres véhicules au nombre de cinq remis ont été acquis sur financement du budget national (exercice 2008) pour un coût total de 112 millions de nos francs.


Dado CAMARA

14 Octobre 2008