Partager

Après les médias, c’est le conseil économique, social et culturel qui a fait connaissance de la convention cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac le jeudi dernier à Koulouba. C’était en présence du personnel de ladite structure ainsi les représentants de l’OMS.

Le tabagisme est un problème mondial aux conséquences sérieuses pour la santé publique. L’OMS, préoccupée par l’augmentation de la consommation et de la production mondiales de cigarettes et d’autres produits du tabac, en particulier dans les pays en développement, ainsi que par la charge que cela représente pour les familles, les pauvres et les systèmes de santé nationaux, a fait recours à une convention code pour la lutte anti-tabac.

Le Pr Aloussène Ag Mohamed du conseil économique, social et culturel en tant qu’homme de santé, a salué cette convention qui va permettre à conscientiser un peu les fumeurs et vendeurs de cigarette et tabac. Selon M. Boubacar Diallo de l’OMS, l’objectif de ladite convention est de protéger les générations présentes et futures des effets sanitaires, sociaux, environnementaux et économiques dévastateurs de la consommation du tabac.

En offrant, un cadre pour la mise en oeuvre de mesures de lutte anti-tabac. A en croire M. Diallo, pour atteindre l’objectif de la présente convention, il faut les principes directeurs énoncés. Pour terminer, il a invité le personnel du conseil économique, social et culturel à diffuser à son tour ladite convention et tout en traduisant la convention en acte.

Quant à M. Maïga de l’OMS, au cours de son exposé, il a noté que cette convention est composée de 38 cercles répartis en 11 parties dans 130 pays et adopté par 39 Etats. Selon lui, les parties reconnaissent qu’il est clairement établi, sur des bases scientifiques, que l’exposition à la fumée du tabac entraîne la maladie, l’incapacité et la mort.

Chaque Partie adopte et applique, dans le domaine relevant de la compétence de l’Etat en vertu de la législation nationale, et encourage activement, dans les domaines où une autre compétence s’exerce, l’adoption et l’application des mesures législatives, exécutives, administratives et/ou autres mesures efficaces prévoyant une protection contre l’exposition à la fumée du tabac dans les lieux de travail intérieurs, les transports publics, les lieux publics intérieurs et, le cas échéant, d’autres lieux publics.

La conférence des parties, en consultation avec les organismes internationaux compétents, propose des directives pour les tests et l’analyse de la composition et des émissions des produits du tabac, et pour la réglementation de cette composition et de ces émissions. Chaque partie adopte et applique, sous réserve de l’approbation des autorités nationales compétentes, des mesures législatives, exécutives, administratives ou autres mesures efficaces concernant ces tests et analyses et cette réglementation.

Chaque partie, dans le respect de son droit national, adopte et applique des mesures législatives, exécutives, administratives ou autres mesures efficaces exigeant des fabricants et des importateurs de produits du tabac qu’ils communiquent aux autorités gouvernementales les informations relatives à la composition et aux émissions des produits du tabac.

Chaque partie adopte et applique en outre des mesures efficaces pour que soient communiquées au public des informations sur les constituants toxiques des produits du tabac et les émissions qu’ils sont susceptibles de produire.

Mariétou KONATE

18 avril 2007.