Partager


2 novembre 2006, alors qu’au sein des autres partis politiques l’on s’active autrement, l’Union pour la République et la Démocratie (URD) songeait à préparer ses fondements pour mieux résister lors des prochaines batailles électorales, en réunissant en congrès les jeunes et les femmes. En effet, juste avant la conférence nationale du parti, tenue au lendemain du 2 novembre, le parti a voulu se doter d’un mouvement des jeunes et de celui des femmes.

La nouvelle de la tenue d’un tel événement, pour les observateurs externes à l’URD, faisait penser à un meeting du genre grandiose, foules de militants récupérés à tout hasard et tam-tams roucoulant dans une salle qui refuserait du monde.

Mais la stratégie de Younoussi Touré, Président du parti, était tout autre, comme s’il entendait se lancer un défi : « nous n’avons invité que les délégués, c’est ce qui explique que la salle n’est pas pleine« , a-t-il expliqué.

En initiant l’organisation des femmes et des jeunes, les responsables du parti chargent en réalité les couches représentées dans cette structure d’une mission. Ce congrès qui fut considéré comme une étape charnière dans la construction et l’organisation de l’URD, visait à jeter les bases d’une politique d’élargissement du parti « à la dimension du pays« .

Le tandem des jeunes et des femmes constitue, selon le président de l’URD, l’arme fatale qui garantira à son parti tous les succès qu’il escompte dans l’arène du combat démocratique.

Cependant, ce rôle se joue à certaines conditions que Younoussi Touré évoque avec conviction : tout doit se passer autour de textes cohérents avec la philosophie politique du parti et pleinement les acteurs de cette démarche doivent être informés des règles de fonctionnement de celui-ci.

Les structures mises en place à l’issue du congrès représentent beaucoup pour Younoussi Touré. « Comme chacun le sait, une organisation ne vaut que par les femmes et les hommes qui sont chargés d’assurer la conduite de sa destinée et donc sa représentation. Cela confère une responsabilité d’une gravité particulière à celles et à ceux que vous élirez, à l’issue de ces congrès« , s’est adressé M. Touré aux congressistes.

Une telle responsabilité ne peut être correctement et pleinement assumée sans les qualités qui tiennent à coeur le président de l’URD : « un engagement politique sans faille au service du parti, une compétence avérée par rapport aux questions pour lesquelles le responsable est investi, un dévouement sans calcul au parti et une très grande abnégation« . L’ultime objet de la démarche du parti, c’est bien entendu les grands défis politiques qui se profilent à l’horizon 2007.

« Il faut, dès le sortir des présents congrès, que vous vous mettiez en ordre de bataille, unis et organisés, pour la conquête du pouvoir politique que seules ces élections nous permettront d’atteindre« , a sollicité Younoussi Touré.

Soumaïla T. Diarra

04 décembre 2006.