Partager


L’augmentation générale des salaires de 10 %, la baisse du taux de l’ITS de 2 points de pourcentage, le paiement de 2,5 milliards de F CFA d’indemnités aux partants volontaires à la retraite, la baisse des prix des produits de première nécessité constituent l’ossature de l’accord paraphé mercredi entre le gouvernement, l’UNTM et le patronat.

Le monde des travailleurs et les victimes du programme d’ajustement structurel sont véritablement sur un nuage depuis mercredi soir. La grève de 48 h observée par l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) du 26 au 27 juin 2007 n’aura pas été vaine. Un accord définitif a été trouvé entre le gouvernement, le patronat et l’UNTM sur les cinq points qui avaient fait l’objet de désaccord total au mois de juin dernier. La satisfaction de la centrale syndicale n’est pas tant relative à l’acception de la totalité de ses revendications qu’aux retombées financières qui seront ressenties sur les salaires.

Les parties ont convenu d’une augmentation générale des salaires des secteurs publics et parapublics de 10 % en deux ans à raison de 5 % à compter du 1er janvier 2008 et 5 % à partir du 1er janvier 2009. Un accord a été trouvé sur la baisse de 2 points de pourcentage sur le taux de l’impôt sur les traitements et salaires (ITS) avec comme date d’effet le 1er janvier 2008.

Il est prévu de mener une étude sur la question en novembre 2007 et de soumettre le projet de texte y afférent à l’Assemblée nationale. Selon un agent des impôts, la baisse du taux de l’ITS équivaut déjà à une hausse des salaires. Grâce à cet accord, un travailleur qui payait par exemple 30 % sur 100 000 F de traitement mensuel n’aura plus à verser au Trésor public que 23 %.

Tout le monde il est beau

Les compressés également en ont eu pour leur compte. Il leur sera payé leurs arriérés de salaires, leurs indemnités de licenciement, de fonds de réinsertion et droits. Leurs droits résultant de requêtes judiciaires ou qui feront l’objet de jugements définitifs bénéficieront de traitement en relation avec l’UNTM.

Les travailleurs partants volontaires à la retraite jouiront, quant à eux, de leurs pensions de retraite dès qu’ils rempliront les conditions. Une enveloppe de 2,5 milliards de F CFA leur sera octroyée dans un cadre de solidarité nationale et comme mesure d’accompagnement. Le pactole sera donné en deux exercices budgétaires (2007 et 2008).

Le gouvernement, le CNPM et l’UNTM sont tombés d’accord pour ramener les prix des denrées au niveau du pouvoir d’achat des consommateurs. Un forum national sur les produits de première nécessité se tiendra courant novembre 2007 entre les parties concernées. Dans le cadre du travail décent, il sera mis en œuvre, dès 2009, un chronogramme de plan d’action de la protection sociale.

Pour la signature du protocole d’accord, le secrétaire général de l’UNTM, Siaka Diakité, s’était fait accompagner d’un bataillon de 12 membres de son bureau exécutif, dont son adjoint Tibou Telly. Le banc du gouvernement était occupé par le ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’Etat et des Relations avec les institutions, Badi Ould Ganfoud, qui avait à ses côtés Gaoussou Drabo (Communication) et Ousmane Thiam (Promotion des investissements et des PME), arrivé comme à son habitude en retard. Le patronat était représenté par son vice-président, Mamadou Sinsin Coulibaly, et Lassana Traoré son secrétaire général.

La cérémonie s’est déroulée dans une ambiance sereine. Le patron de l’UNTM a juste attiré l’attention de ses partenaires sur le respect scrupuleux du chronogramme d’exécution du protocole d’accord qu’ils viennent de signer.

Abdrahamane Dicko

20 juillet 2007.