Partager

Le ton de la colère de la cen­trale syndicale a été donné le 9 janvier dernier à la Bourse du travail. A cette occasion, l’UNTM, a innové en se gardant de participer à la traditionnelle cérémonie de présentation de vœux des forces vives de la nation au président de la République.

Ce jour-là, les 13 syndicats nationaux, les 8 unions régionales ainsi que les commis­sions de contrôle et de discipline avaient présenté leurs vœux à leur secrétaire général, Siaka Diakité. C’était le lieu de faire le bilan des acquis et des échecs, mais aussi de poser de nou­velles revendications pour 2007.

Siaka Diakité avait, dans la foulée des réponses apportées aux préoccupations de ses mili­tants, mal pris la non-satisfaction de son cahier de doléances en 14 points, qui avait fait l’objet d’un protocole d’accord entre l’UNTM, le gouvernement et le patronat courant 2006. L’évaluation de ce protocole d’accord par l’UNTM, fait ressor­tir la satisfaction totale de quatre points, quatre autres points par­tiellement satisfaits et le reste sans réponse.

La voie du dialogue

A la cérémonie de présenta­tion de vœux, le secrétaire général de l’UNTM a fait état de nouvelles doléances pour 2007. Il s’agit de la gestion du cahier de doléances du 1er mai 2006 dont les points saillants demeurent la baisse de l’impôt sur traitement et salaire (ITS), la hausse du taux des allocations familiales, l’adoption d’un plan social pour les travailleurs de Huicoma, déjà privatisé, et de la CMDT en voie de l’être, entre autres.

Pour Siaka Diakité, « il n’est pas question d’entrer dans de nouvelles négociations sans que l’ancien protocole d’accord soit intégralement pris en compte ».

Le gouvernement, qui aura pris très au sérieux la menace d’une grève qui plane, a ouvert dès mardi dernier, la voie du dia­logue. Une réunion marathon a regroupé dans l’après-midi du mardi 15 janvier 2007 le Premier ministre Ousmane Issoufi Touré entouré de certains ministres et le bureau exécutif de l’UNTM conduit par Siaka Diakité.

La rencontre de mardi portait exclusivement sur les conditions de prise en charge intégrale du protocole d’accord objet de la colère de la Bourse du travail. Selon toute vraisemblance, le chef de gouvernement s’est montré déterminé à éteindre la tension qui couve sur le front social. Selon nos informations, le conseil des ministres d’hier devait se prononcer sur le sujet en y apportant des réponses concrètes.

En tout état de cause, l’UNTM s’apprête à déposer son préavis de grève de 15 jours le lundi prochain.


Abdrahamane Dicko

18 janv 2007