Partager

Le bureau exécutif de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) a dans un communiqué laconique, dressé le constat de sa participation aux séances d’écoute à l’Assemblée Nationale et au ministère chargé de la Réforme de l’Etat et des droits de l’homme.

Au cours de ses différentes rencontres, le bureau a eu à formuler des réserves sur ledit projet de texte constitutionnelle qui à leur grande surprise n’ont pas été prises en compte.

Toute chose qui devrait motiver le bureau à se procurer une copie du projet de texte et se prononcer là-dessus dans l’intérêt du peuple malien. Au lieu de cela, le bureau de l’UNTM attend royalement à la bourse du travail afin que quelqu’un lui apporte cela. Au moment où tous les démocrates et les patriotes sont débout pour arrêter la tyrannie constitutionnelle.

Le bureau de l’UNTM choisit ce moment pour inviter toutes les parties à privilégier le dialogue et la concertation afin d’aboutir à un compromis. La teneur de ce communiqué nous laisse sur notre faim, si l’on pense que c’est cette même UNTM qui a été le fer de lance de la révolution démocratique de 1991, alors nous tombons des nus.

Le bureau de l’UNTM n’a rien compris dans sa mission de sauvegarde des intérêts des travailleurs et du peuple.

Face à la dérive présidentielle, contre le peuple, il n’y a pas deux parties, il n’y a que l’intérêt du peuple et de la République qui constitue le même camp qui gagne toujours contre l’opposition et l’accaparement sordide des ressources du peuple.

Si le bureau de l’UNTM a si bien rappelé que la quête de la démocratie pluraliste a été acquise au prix de lourds sacrifices que rien ne devrait occulter, y compris le bureau de l’UNTM, il devrait être du côté de la démocratie et de celui du peuple. Malheureusement, le bureau a raté l’occasion de montrer qu’il n’est pas à la solde du régime. C’est en cela que l’autre syndicat la CSTM sorti des entrailles de l’UNTM s’est montré très responsable au côté du peuple et de la République. Votre déclaration laconique ne saurait tromper un peuple coincé dans son dernier retranchement.

C’est pourquoi le peuple regrette les syndicalistes tels que Famodi CISSOKO chez qui l’Association ADEMA a été créée pour faire tomber Moussa TRAORE et son parti unique, Bakary KAREMBE et autres qui ont à un moment critique de leur carrière su canaliser le peuple vers son destin libérateur.

Malheureusement, rien de tout cela n’existe encore ni consciencieusement, ni professionnellement, car le bureau a été très flou dans sa déclaration au moment où on s’attendait à une grève illimitée de la part du Bureau de l’UNTM qui pouvait sauver le Mali.

Nous espérons que la prochaine fois il saura se mettre aux côtés du peuple malien. Merci donc d’être du coté du peuple.

Seydou DIARRA

Du 29 Juin 2017