Partager

L’Union européenne (UE) exploite les ressources de poissons malgaches sans en payer le juste prix, accuse une étude de plusieurs instituts de recherche et de l’ONG britannique Blue ventures, parue cette semaine. Selon cette étude, réalisée par l’université canadienne British Columbia avec des chercheurs français et de la Banque mondiale, et publiée dans la revue Marine Policy, les quotas de pêche européenne en eaux malgaches ont augmenté de 30% depuis 1986. Mais les versements effectués en contrepartie par l’UE ont diminué de 20%. Et les revenus annuels de la pêche perçus par Madagascar ont régressé de 90% entre 1986 et 2010. « Les contrats ne sont pas négociés de manière transparente et souvent injustes, Madagascar a un des plus mauvais contrats de la région », a expliqué à l’AFP l’écologiste britannique Alasdair Harris, membre de Blue ventures. Signe de l’importance de ce sujet de la pêche, le Premier ministre malgache Jean Omer Beriziky y a consacré l’un de ses principaux rendez-vous à Bruxelles où il était en visite officielle lundi et mardi. AFP