Partager

Le chef de l’Etat béninois Thomas Yayi Boni, président en exercice de l’Union africaine (UA), a demandé à son homologue gambien Yahya Jammeh de renoncer à exécuter les condamnés à mort en Gambie, a annoncé jeudi le chef de la diplomatie béninoise qu’il a dépêché à Banjul. Dans un message à la Nation le 20 août à la Nation à l’occasion de la fête de l’Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de jeûne musulman du ramadan, M. Jammeh avait annoncé ces exécutions, sans préciser de dates et le nombre de personnes concernées. D’après notre décompte, depuis juillet 2010, 47 personnes au total ont été condamnées à mort dans le pays. Aucune indication n’a pu être obtenue jeudi sur la suite donnée par Yahya Jammeh à la requête de son homologue béninois. Dans un communiqué conjoint jeudi, trois ONG basées à Dakar, appellent à une « grande mobilisation tendant à contraindre » M. Jammeh d’abandonner « son projet funeste d’exécutions en septembre ». Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 18 ans, dirige son pays d’une main de fer. Son régime est régulièrement critiqué par des défenseurs des droits de l’Homme pour des violations des libertés.AFP.