Partager

L’Unesco remettra finalement mardi prochain un prix financé par la Guinée équatoriale, très contesté par les organisations de défense des droits de l’homme, après plusieurs années de débats internes. Ce prix d’une valeur de trois millions de dollars, voulu par le président de Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema, avait été créé en 2008. Mais face aux polémiques et faute de consensus, sa remise était suspendue depuis 2010. Et M. Obiang Nguema a accepté que le prix ne porte plus son nom, comme prévu à l’origine, mais seulement celui de son pays. Le soutien du Conseil exécutif de l’Unesco, instance dirigeante de l’organisation, avait été obtenu en mars grâce aux votes des pays africains et arabes, mais aussi du Brésil et de la Russie. « Nous regrettons que l’Unesco ait pris cette décision de décerner ce prix alors qu’il y a tant d’actualité judiciaire autour de la famille de Teodoro Obiang Nguema et d’opacité autour des fonds utilisés », a réagi le responsable en France de l’ONG HRW, Jean-Marie Fardeau. « L’image de l’Unesco ne sortira pas grandie de cette instrumentalisation par ce gouvernement incapable de satisfaire les besoins élémentaires de sa population »,nous a-t-il affirmé. AFP.