Partager

La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a appelé lundi à une action concertée des pays frontaliers du Mali pour empêcher le trafic de « trésors documentaires » de Tombouctou qui auraient été volés par les islamistes ayant pris le contrôle du nord du pays. « Ces centres abritent des documents anciens, écrits ou recopiés localement, acquis au Maghreb et en Afrique subsaharienne ou envoyés par des pèlerins des pays musulmans éloignés. Beaucoup datent de l’âge d’or de Tombouctou, entre le XIIème et le XVème siècle. Ils traitent de sujets variés allant de la théologie aux mathématiques, en passant par la médecine, l’astronomie, la musique », ajoute-t-elle. Fondé à Tombouctou en 1973, le Cedrab, dénommé ensuite Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, abrite entre 60 et 100.000 manuscrits, selon le ministère malien de la Culture. Tombouctou, grand centre intellectuel de l’islam et ancienne cité marchande prospère des caravanes, surnommée « la perle du désert », est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Ses trois grandes mosquées, mais surtout des dizaines de milliers de manuscrits – dont certains datent de l’ère pré-islamique – témoignent de cette splendeur passée et de son âge d’or au XVIe siècle. AFP.