Partager

Dominic Ongwen, l’un des chefs les plus redoutés de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), une sanglante rébellion ougandaise, comparaîtra devant la Cour Pénale Internationale en décembre pour crimes contre l’humanité, a annoncé la CPI lundi. Le procès de Dominic Ongwen, accusé d’esclavage sexuel et de recrutement d’enfants soldats, s’ouvrira le 6 décembre, et le procureur devrait commencer à présenter les preuves dès janvier. M. Ongwen, lui-même ancien enfant soldat recruté à l’âge de 14 ans, est devenu l’un des leaders du groupe armé sanguinaire, et s’est rendu coupable de crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis dans le nord de l’Ouganda sur la période 2002-2005, selon la CPI. M. Ongwen s’est rendu de lui-même aux forces spéciales américaines présentes en Centrafrique, et a été transféré à La Haye en janvier 2015. Il est, à ce jour, le seul commandant de la LRA à être en détention provisoire à la cour internationale, alors que son ancien chef Joseph Kony est toujours recherché. Prophète auto-proclamé, son chef Joseph Kony a mélangé mystique religieuse, techniques éprouvées de guérilla et brutalité sanguinaire, ou encore pratiqué des mariages forcés ou a contraint des femmes à l’esclavage sexuel alors qu’il prétendait vouloir mettre en place un régime fondé sur les Dix commandements.AFP