Partager

L’UE a annoncé jeudi avoir renforcé ses sanctions contre la junte en Guinée-Bissau, en décrétant des interdictions de visa et des gels d’avoirs à l’encontre de 15 individus supplémentaires « compte tenu de la gravité de la situation » dans le pays. « L’Union européenne a imposé des sanctions à l’encontre des membres de la junte militaire parce qu’ils menacent la sécurité et la stabilité de la Guinée-Bissau », a expliqué la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, dans un communiqué. Le Conseil de sécurité de l’ONU avait lui-même adopté le 18 mai des sanctions ciblées à l’encontre de cinq responsables du coup d’État du 12 avril en Guinée-Bissau, déjà ciblés par le premier volet de sanctions européennes. La Guinée-Bissau est régulièrement secouée par des convulsions politiques et militaires depuis son indépendance du Portugal en 1974 après une guerre de libération. Dans la foulée du coup d’Etat du 12 avril, des autorités intérimaires ont été récemment mises en place dans le cadre d’un processus de transition largement décidé par l’ex-junte et auquel l’ancien parti au pouvoir ne participe pas. AFP.