Partager

Les autorités soudanaises doivent garantir un accès sans restrictions aux travailleurs humanitaires, a souligné à l’AFP le commissaire européen à la gestion des crises Christos Stylianides, au lendemain du déblocage d’une nouvelle aide de l’Union européenne (UE) pour le Soudan. Bruxelles a annoncé lundi accorder 106 millions d’euros pour soulager la crise humanitaire dans ce pays où de nombreuses personnes ont été déplacées par les conflits internes et qui accueille également des centaines de milliers de réfugiés du Soudan du Sud voisin. Il est essentiel que l’aide arrive aux personnes qui en ont besoin, a souligné le commissaire lors d’un entretien avec l’AFP en marge d’une visite de deux jours au Soudan. Pour cela, Khartoum doit garantir « un accès sans restrictions » aux travailleurs humanitaires: « c’est un aspect non négociable », a insisté M. Stylianides. Depuis que les Etats-Unis avaient fait de l’accès sans restriction une des conditions pour la levée de leurs sanctions, Khartoum a davantage ouvert des zones de conflit et de tensions qui étaient auparavant interdites, reconnaissent des responsables humanitaires. Washington a levé ses sanctions contre le Soudan le 12 octobre. « Mais nous devons voir de plus en plus d’améliorations dans ces domaines sensibles car sans accès, les travailleurs humanitaires ne peuvent pas accéder aux personnes vulnérables », a expliqué le commissaire européen. Le Soudan a été déchiré ces dernières années par des conflits meurtriers dans le Nil Bleu (sud-est), le Kordofan-sud (sud) mais surtout au Darfour. Dans cette région occidentale, des insurgés issus de minorités ethniques s’estimant marginalisés, avaient pris les armes en 2003 contre le pouvoir de Khartoum, aux mains de la majorité arabe. Ce conflit a fait près de 300.000 morts tandis que 2,5 millions de personnes ont été déplacées, selon l’ONU.AFP