Partager

L’Union européenne donne un mois à la Mauritanie pour présenter des propositions pour un retour à l’ordre constitutionnel, faute de quoi elle déclenchera un processus de sanctions, selon un communiqué diffusé lundi à l’issue d’une rencontre à Paris entre l’UE et la junte au pouvoir. « Dans l’absence de nouveaux éléments dans un espace d’un mois, les consultations seront fermées et des mesures appropriées seront proposées aux instances décisionnelles de l’Union européenne« , a précisé l’UE. Par cette expression, l’Union européenne fait référence à des sanctions prévues par la Convention de Cotonou, liant l’UE aux pays de la zone Afrique-Caraïbes-Pacifique. « Eux ils considèrent que la Constitution est toujours en vigueur, qu’elle fonctionne, et nous on dit : non, la constitution ne peut pas fonctionner avec un président démocratiquement élu, déchu et sous résidence surveillée« , a poursuivi le secrétaire d’Etat. Dimanche, le Front national de défense de la démocratie (FNDD) a, au contraire, appelé l’UE à oeuvrer au rétablissement dans ses fonctions du président déchu. (Apf)