Partager

La course est toujours ouverte entre les partis de l’opposition de RDC pour désigner leur porte-parole. Il s’agit d’un poste officiel inspiré du modèle anglo-saxon, prévu par la Constitution de 2005, mais qui n’avait jamais été attribué. Ce porte-parole aura rang de vice Premier-ministre. Tous les partis tentent de se placer pour la désignation qui doit être faite par les parlementaires sauf un : l’UDPS. Les fidèles d’Etienne Tshisekedi ne veulent pas entendre parler de cette fonction. «Il est question pour nous d’un combat pour la vérité des urnes, qui permettra à Monsieur Etienne Tshisekedi de recouvrer l’effectivité de ses fonctions de président de la République, affirme Jacquemin Shabani,secrétaire général de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social). C’est à la suite de cela que l’opposition va s’organiser. Si Monsieur Kabila le veut, il pourra postuler comme chef de file de cette opposition », adresse-t-il à l’égard de celui qui est à la tête de l’Etat. Mais que faire du groupe de députés UDPS de l’Assemblée nationale, où il représente le groupe d’opposition le plus important de ce Parlement? «Ils font ce qu’ils veulent» répond Jacquemin Shabani. Les autres groupes d’opposition en profitent pour lui dénier le droit d’y prétendre. RFI