Partager

“Nous apprécions le PDES d’ATT”, dit le président Ibrahima Siby

Le samedi 3 Mai 2008, le Pavillon des Sports du Stade Omnisports Modibo Keïta a servi de cadre à la cérémonie de l’Assemblée constitutive d’un tout nouveau parti, l’Union pour le Développement du Mali (UDM-Jama Ka Wassa).

Présidée par le président du bureau provisoire et non moins fondateur du parti, M. Ibrahim Siby, cette Assemblée a regroupé les représentants d’autres formations politiques (dont l’ADEMA, le RPM, l’URD, le CNID, le PARENA…) , et les délégués venus de Dièma, Yélimané, Kita, Nara, Kolokani, Banamba Koulikoro, Kangaba, Dioïla, Kati, Sikasso, Yanfolila, Koutiala, Kolondiéba, Niono, Baraouéli, Ségou, Bla, San, Tominian, Mopti…

Faut-il le souligner, le bureau privisoire de l’UDM-Jama Ka Wasa qui a été officiellement présenté, est un bureau large composé de 28 membres, dans lequel est représenté chacune des localités citées ci-dessus.

Vision et orientation politique de l’UDM

Selon le président, leur vision repose sur des valeurs humaines et sociales multiséculaires qui constituent le fondement et le ciment de notre société, à savoir la primauté de l’homme, la solidarité, l’égalité, la quête continuelle et la culture de la paix et du bonheur pour tous.

M. Ibrahim Siby a ajouté que les militants et sympathisants de l’UDM-Jama ka Wassa s’inscrivent dans le choix désormais irréversible de la culture des valeurs républicaines et démocratiques (liberté, égalité, justice, laïcité, pluralisme politique et expression populaire) comme fondement d’un Etat moderne où tous les fils et filles du pays pourront fédérer leur énergie, leur intelligence et leur savoir-faire au service du développement économique et social du Mali.

Aussi, ils militeront avec force et détermination pour un Mali uni et fort, avec plus de solidarité et justice sociale. C’est ce défi que le parti compte
relever, avec l’effort conjugué de tous les Maliens, sans exclusion aucune.

La nécessaire recomposition de la classe politique

Pour l’assainisement de la vie politique et la réhabilitation de la chose politique, la classe politique et la société civile sont interpellées, selon le parti. C’est là une nécessité incontournable, tant pour impulser une participation effective du citoyen à la vie de la cité que pour introduire une justice et une clarification des rôles, dans le respect de la morale et de l’éthique.

A l’UDM-Jama Ka Wasa, on est convaincu de la nécessité et de l’imminence d’une recomposition de la classe politique malienne. Il y va tout simplement de la crédibilité de la politique et de la démocratie, indiquera le président.

Cependant, précisera-t-il, cette refondation ne sera utile et complète que lorsqu’elle prendra en compte l’assainissement des relations entre, d’une part, les acteurs politiques, les populations et les électeurs, et d’autre part, la redéfinition des règles du jeu entre les acteurs eux-mêmes.

L’UDM-Jama Ka Wassa estime qu’il est indispensable qu’un regard très critique soit également porté sur les régles internes de fonctionnement des partis politiques. En effet, la conception de l’UDM est que les partis doivent constituer des espaces où se rencontrent et se confrontent les idées, opinions et initiatives, afin que de cette diversité naissent les meilleures options pour la construction du pays.

Pour l’Union pour le Développement du Mali, les partis doivent forcément être des modèles de démocratie, tant dans leur organisation que dans leur fonctionnement. C’est à ce prix, et à ce prix seulement, qu’ils pourront mériter du peuple malien et se porter garant de l’instauration d’un véritable ordre démocratique au Mali.

A cet égard, l’UDM salue l’unitiative des plus hautes autorités de ce pays d’avoir engagé des réflexions au niveau national pour conforter davantage la démocratie au Mali. Mais il va s’en dire que pour ce qui concerne l’ordre interne des parti politiques, les partis demeurent les seuls à pouvoir le réorienter.

“…Cette réhabilitation de la chose politique
renforcera la confiance des citoyens en la classe politique et en les partis et ainsi, un ordre démocratique nouveau s’installera dans le pays, qui favorisera une complète refonte de la classe politique dans une recomposition toute logique et salutaire”
, a assuré le président.

L’UDM soutient le PDES

La persistance de la pauvreté et du sous-développement exige aujourd’hui la mise en oeuvre de politiques et stratégies pertinentes pour bâtir un système économique solide et durable, permettant d’amorcer le développement économique, social et culturel auquel aspire le peuple malien tout entier.

Pour l’Union pour le Développement du Mali, seuls des programmes de développement cohérents prenant en compte, d’une part les préoccupations des populations et leurs aspirations réelles, et d’autre part, les potentialités naturelles et les exigences d’un développement harmonieux et équilibré du pays, pourront permettre de trouver les voies d’un développement durable respectant les normes d’un état moderne.

A cet égard, l’UDM apprécit le PDES comme étant une base intéressante pour amorcer un élan dans la quête légitime de progrès du peuple malien. En conséquence, l’UDM suit avec intérêt l’action du gouvernement de la République, et ne manquera pas d’aviser, en temps opportun.

“Alors, camarades militants de l’Union pour le Développement du Mali, je vous exhorte désormais à vous lever pour bâtir votre parti et le mettre au service de vos terroirs, de vos collectivités, de vos régions et du Mali tout entier. Tendez une main fraternelle et citoyenne à tous ceux qui sont prêts au sacrifice pour ce pays, dans la sincérité, l’engagement et l’oubli de soi“, a déclaré M. Ibrahima Siby .

Et de poursuivre : “Nous devons cela au peuple malien. Sachez et convainquez-vous que l’UDM- Jama Ka Wassa n’a pas d’ennemis et ne saurait avoir d’ennemis au Mali. L’UDM-Jama Ka Wassa respecte et apprécie toutes les formations politiques.

En conséquence, l’UDM félicite et encourage toute la classe politique qui, malgré l’inexpérience de nombre d’acteurs et le déficit de formation, tente d’apporter sa contribution à la construction du pays“.

“L’UDM pense que la remise en question et l’assainissement du climat politique n’est pas au dessus de nos moyens, afin qu’émerge désormais une génération de politiques plus attachés et mieux préparés à sa mission”, a conclu le président du parti.


Moussa TOURE

05 Mai 2008