Partager

C’est désormais chose faite : le président de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UDD), Me Hassane Barry, a enfin sa récompense du mérite. C’est que depuis 2002, il aura été un acteur-clé des initiatives de soutien au Président de la République. Si bien que depuis cette date, il cherchait également à devenir à tout prix ministre : une fonction qu’il a pourtant eu à exercer sous Alpha Oumar Konaré, en tant que Chargé des Partis politiques et des Relations avec les Institutions.

Durant tout ce temps aussi, Me Hassane Barry aura donné l’image d’un homme très fort de caractère, pour avoir su garder secrète cette envie qui l’habitait intérieurement. Aussi, pour avoir été davantage plus combatif que de nombreux responsables du groupe de soutien du Président ATT en 2007, l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), il est aujourd’hui Ambassadeur du Mali auprès de la République soeur de Guinée Conakry.

Ce qui représente donc un sacre à la dimension de l’engagement de l’homme, mais également un coup dur pour le parti de la “Colombe blanche“. En effet, à qui reviendra désormais la charge de “porter le bonnet”, pour présider aux destinées de l’URD, surtout en cette veille des élections communales de 2009?

Une question de taille pour qui connaît les saubrissauts qui ont secoué le parti, lors du congrès de 2003, lorsqu’il s’est agi de trouver le successeur du président et père fondateur de l’UDD, M. Moussa Balla Coulibaly, qui a pris la sage décision de prendre sa retraite politique, pour raison d’âge?

C’est qu’à l’époque, le “Vieux”, désormais catalogué au rang de “président honoraire”, voulait coûte que coûte, disait-on, que son successeur soit son fils Tiénan Coulibly. Une ambition qualifiée “d’un peu trop haute”, qui avait failli provoquer une sorte de séisme au sein de l’URD, et qui s’était soldée par le départ de certains camarades du parti, dont Younoussi Hamèye Dicko qui se considérait comme le successeur naturel de Moussa Balla Coulibaly.

Le fils du “Vieux” lui-même, M. Tiénan Coulibaly, a finalement pris le parti de revenir au bercail. Quant à l’honorable Cheick Hamalla Bathily, appelé Député “Aliment bétail ”, il sera accusé et acculé d’être celui par qui tout ce malheur est arrivé, pour avoir suscité et encouragé la candidature de M. Tiénan Coulibaly, tout en faisant, en même temps, les yeux doux à Me Hassane Barry. Aussi finira-t-il, lui aussi, par rejoindre les rangs de l’URD.

Dès lors, personne ne savait plus ce qui allait advenir de l’UDD, un parti quelque peu saboté et remis entre dans les mains d’un Me Hassane Barry à qui on accordait peu de crédit quant à ses capacités à conduire le parti. Tenace, l’homme des défis -réputé surtout pour ne pas être un adepte de la politique de l’autruche-, Hassane Barry réussit tout de même à redynamiser le parti et à lui conférer toutes ses lettres de noblesse. Même si -il faut le reconnaître- il a été souvent vindicatif à l’endroit de Cheick Hamalla Bathily, et un peu trop complaisant envers Tiénan Coulibaly.

En effet, il parvint à annuler, avec véhémence, la candidature du premier (Cheick Hamalla Bathily) à l’élection législative de 2007. Mais pour le second (Tiénan Coulibaly), il fermera les yeux sur la grande bourde dont de dernier a fait preuve, lors du lancement de “Convergence 2007” de Soumeylou Boubèye Maïga, à l’époque, en disgrâce avec l’Adéma, son parti.

En effet, ce fut réellement une bourde de la part de Tiénan Coulibaly d’accepter d’être le porte-parole de “Convergence 2007”, le jour de son lancement par Soumeylou Boubèye Maïga. Et nombreux sont les observateurs politiques et militants UDD qui s’attendaient à une sanction contre le fils du “Vieux”. Mais comme l’avait déclaré Me Hassane Barry lui-même, le peuple UDD avait décidé, à l’époque, de laver le linge sale en famille. M. Tiénan Coulibaly s’en sortira alors “indemne“, et même mieux, car il sera promu au poste de Secrétaire Général Adjoint du parti, lors de son dernier congrès tenu en 2007.

Mais, avec le départ de Me Hassane Barry pour la Guinée Conakry, faut-il s’attendre à un retour de ce qui a été surnommé “la dynastie des Coulibaly”? Autrement dit, Tiénan Coulibaly et camarades prendront-ils désormais les rênes du parti? D’aucuns rétorqueront toute de suite que lors du congrès de 2007 du parti, une telle chose, ou du moins, un tel aspect n’a pas été évoqué.

C’est que ledit congrès de 2007 s’était tenu dans un contexte particulier, eu égard aux engagements du parti, d’abord dans le cadre de l’ARD, ensuite dans celui de l’ADP. Sans perdre de vue qu’ après son allégeance à “Convergence 2007”, M. Tiénan Coulibaly n’était pas en position de réclamer quoi que ce soit, comme pour dire… qu’il “se cherchait”, tout simplement.

Tout comme son père fondateur du parti, M. Tiénan Coulibaly sait que s’il devait être président de l’UDD, c’était au congrès de 2003. Mais il ne pouvait y prétendre que si Hassane Barry n’était pas prêt à rempiler. C’est que les ambitions du fils du “Vieux“ pouvaient difficilement se réaliser, face à un Maître Hassane Barry plutôt requinqué à bloc par sa gestion du parti et la sincérité de son engagement en faveur du Président de la République.

Mais puisque Hassane Barry n’est plus là, et que sa nouvelle fonction n’est plus conciliable avec celle d’un chef de parti en activité, M. Tiénan Coulibaly peut tout simplement décider de remettre le couvert. Ce qui ne serait point mal vu non plus, par son père Moussa Balla Coulibaly, qui pourrait se sentir mieux à la seule idée de voir son enfant en de bonnes mains : l’UDD.

Du reste, une telle éventualité ou perspective ne ferait du mal à personne, bien au contraire. Surtout que Tiénan Coulibaly a encore le vent en poupe, puis qu’étant jeune. Peut-être bien qu’il pourrait tout autant trouver que son heure de diriger le parti n’est pas encore arrivée. Ce qui étonnerait plus d’un. Mais attendons pour voir…

Adama S. DIALLO

27 Novembre 2008