Partager

Le président de la Commission de l’UA, Jean Ping, s’est dit « préoccupé » par la situation au Burundi, où l’opposition boycotte le processus électoral en cours, et a appelé les acteurs politiques locaux à « privilégier » le dialogue. et« exhorte les partis membres de lADC (coalition d’opposition) à privilégier exclusivement les voies de recours légaux pour résoudre les contentieux liés aux élections communales ». M. Ping « suit avec une grande préoccupation les récents développements politiques au Burundi (…) », déclare un communiqué.Engagé depuis mai dans un marathon électoral crucial pour son avenir, le Burundi, qui sort de 13 ans de guerre civile, connaît depuis une dizaine de jours une vague d’attaques à la grenade et divers actes de violences, alors que l’opposition conteste le résultat des communales du 24 mai, largement remportées par le parti au pouvoir.L’opposition boycotte la présidentielle prévue le 28 juin, à laquelle le président sortant Pierre Nkurunziza est l’unique candidat, et a annoncé son intention de ne pas participer aux législatives.AFP.