Partager

L’Ouganda s’est dit prêt jeudi à renforcer son contingent de paix en Somalie, mais les islamistes radicaux dans ce pays, opposés à l’implication militaire de Kampala, ont promis de nouvelles représailles.
Cette annonce est intervenue alors que Mohamed Abdi Godane, chef des insurgés somaliens, les shebab, qui ont revendiqué ces attentats, a assuré depuis Mogadiscio qu’ils ne constituaient « qu’un début ».
Début juillet, les six pays est-africains membres de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad) avaient annoncé leur intention d’envoyer 2.000 soldats supplémentaires renforcer l’Amisom, sans préciser alors comment cet effort serait réparti entre eux.L’Amisom constitue le dernier rempart à Mogadiscio du fragile gouvernement de transition somalien face aux assauts répétés des shebab.La situation en Somalie et la menace régionale désormais incarnée par les shebab devraient être au centre des débats du sommet des chefs d’État des 53 pays membres de l’UA, prévu de longue date du 25 au 27 juillet à Kampala. Le chef d’État ougandais a également réitéré son intention de réclamer un mandat plus offensif pour l’Amisom:(…) “Maintenant ils (les shebab) nous ont motivés pour aller les chercher », et « nous allons passer à l’offensive pour ce qu’ils viennent de faire », a-t-il promis.AFP.