Partager

La justice sud-africaine a confirmé mercredi que les restes de trois enfants de Nelson Mandela devaient être immédiatement ramenés dans le village de son enfance de Qunu où l’ancien président souhaite être enterré, contre la volonté de l’un de ses petits-fils, héritier du clan. « L’ordre donné précédemment reste valable et le défendeur devra payer tous les frais de justice », a déclaré le juge Lusindiso Phakade au cours d’une audience devant le tribunal de Mthatha. En 2011, Mandla Mandela, l’aîné des petits-fils du héros de la lutte anti-apartheid, avait transféré les corps de son père, sa tante et son oncle de Qunu vers le village de Mvezo, à une trentaine de kilomètres, où est né Nelson Mandela. Les corps des parents de l’icône mondiale et de plusieurs de ses proches, sont en revanche resté à Qunu, où Nelson Mandela a fait construire une maison et où il a souvent répété vouloir être enterré. Son hospitalisation, le 8 juin pour une grave infection pulmonaire, a poussé la famille à se saisir du problème. Une réunion des Mandela a eu lieu la semaine dernière à Qunu, sans convaincre Mandla de restituer les corps. Vendredi, une quinzaine de membres de la famille, dont Graça Machel, l’épouse du père de la Nation, ont déposé un recours en urgence devant le tribunal de Mthatha pour le contraindre à rendre les trois dépouilles. Mardi, une plainte a été également été déposée contre Mandla pour « manipulation de sépulture ». Les 03 tombes sont celles de la fille de Nelson Mandela Makaziwe, morte en 1948, de son fils Thembekile tué dans un accident de voiture en 1969, et de Makgatho décédé du sida en 2005.AFP.