Partager

Le principal parti de l’opposition zimbabwéenne, qui doit décider vendredi s’il entrera à la mi-février dans un gouvernement d’union avec le président Mugabe, est très divisé sur cette question, ont reconnu des responsables de la formation. L’Afrique australe a recommandé mardi, à l’issue d’une sommet marathon à Pretoria, qu’un gouvernement d’union — dont le principe a été adopté en septembre par M. Mugabe et le chef du MDC Morgan Tsvangirai — entre en fonction le 13 février. Jusqu’à présent, le MDC a refusé de participer à un gouvernement qui ne lui laisserait qu’un rôle subalterne et s’est élevé contre le maintien en détention de plusieurs de ses militants et la répartition des portefeuilles ministériels. « Bien que certaines questions restent en suspens, nous avons obtenu des concessions lors du sommet » régional, a estimé cette source. « J’espère que nous parviendrons à nous mettre d’accord et à unir le parti. » Les institutions politiques du Zimbabwe sont paralysées depuis la défaite du régime aux élections générales de mars 2008 et la réélection contestée du président Mugabe en juin, sur fond de violences. (Afp)