Partager

L’opposition burundaise, réunie au sein de l’Alliance démocratique pour le changement (ADC), a maintenu vendredi sa décision de boycotter les élections législatives du 23 juillet, a annoncé le chef de l’un des 12 partis de cette plate-forme, Alexis Sinduhije.« Les partis membres de l’ADC ne vont pas aux législatives. C’est très clair », a déclaré M. Sinduhije au nom de l’ADC.Ces déclarations coïncident avec l’expiration du délai fixé aux partis politiques par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour enregistrer leurs candidats aux élections législatives. »Tant que les conditions que nous avons posées ne seront pas tenues en compte, nous ne rejoindrons jamais ce processus électoral », a-t-il insisté.
« Ces conditions sont: la libération de tous nos militants détenus illégalement et arbitrairement, l’arrêt des tortures que la police et les services secrets exercent sur ces détenus politiques, le rétablissement de nos droits fondamentaux, à savoir la libre circulation à l’intérieur du pays et à l’étranger pour les leaders de l’ADC », a-t-il précisé.Jeudi, les principales associations de la société civile burundaise ont dénoncé plusieurs cas de torture ces derniers jours sur des militants de l’opposition dans les cachots des services de renseignement et de la police.AFP.