Partager

Le président ougandais Yoweri Museveni s’achemine vers une « présidence à vie », a dénoncé vendredi un avocat représentant l’opposition, après que la justice ougandaise a supprimé la limite d’âge fixée à 75 ans pour être candidat à la tête de l’Etat. Au pouvoir depuis 31 ans, le dirigeant ougandais, âgé de 73 ans, a promulgué en janvier une loi supprimant la limite d’âge fixée à 75 ans pour être candidat à la présidence, provoquant la colère de l’opposition. Une coalition de partis d’opposition avait ensuite saisi la justice. Mais les juges ont validé jeudi la loi, permettant à M. Museveni de briguer un sixième mandant en 2021. « La cour a consacré la présidence à vie, le pouvoir d’un seul homme », a déploré l’avocat spécialiste des droits de l’homme Ladislaus Rwakafuzi, qui représente la coalition de partis. « Les juges ont manqué de courage pour dire au président qu’il est là depuis suffisamment longtemps », a-t-il ajouté. L’avocat entend consulter les plaignants pour décider s’ils font ou non appel. « Nous croyons toujours que nous pouvons obtenir justice à un autre niveau », a estimé Winnie Kiiza, cheffe de file de l’opposition au parlement. Le ministre adjoint de la Justice Mwesigya Rukutana s’est pour sa part dit « très heureux » de la décision des juges. M. Museveni, qui a pris le pouvoir en 1986 en tant que chef de l’armée rebelle, a jadis déclaré que les dirigeants qui « restaient trop longtemps » au pouvoir incarnaient les racines des maux de l’Afrique.Mais alors qu’il était candidat pour un cinquième mandat en 2016, il a assuré que le moment n’était pas encore venu pour lui de partirAFP