Partager

Des responsables de l’opposition guinéenne ont annoncé lundi à Conakry l’organisation, à partir du 10 mai, de manifestations régulières en Guinée pour exiger « un dialogue franc » avec le pouvoir du président Alpha Condé sur la tenue d’élections législatives transparentes. « Comme le veut la loi, nous informerons les autorités compétentes dans les meilleurs délais », a indiqué à l’AFP Cellou Dalein Diallo, un de ces opposants, qui avait été battu au second tour de l’élection présidentielle de novembre 2010 par Alpha Condé. M. Condé a pris ses fonctions en décembre 2010. « Les manifestations auront lieu dans tout le pays, n’importe quel jour à partir de jeudi », a précisé à l’AFP un autre leader, Sidya Touré, en présence de responsables des coalitions de l’opposition comme Lansana Kouyaté, Mohamed Soumah, Mamadou Mouctar Diallo et Mme Traoré Zalikatou Diallo. Joint par l’AFP, le ministre de l’Administration du territoire (Intérieur), Alhassane Condé, a affirmé que l’opposition a le droit de manifester. Le 27 avril, évoquant des « problèmes techniques », le président Condé a annoncé le report sine die des législatives qui avaient été fixées au 8 juillet après avoir été déjà plusieurs fois reportées alors qu’elles auraient dû se tenir au premier semestre 2011. Les dernières législatives remontent à juin 2002. Un Conseil national de transition (CNT) fait actuellement office de Parlement. Il a été mis en place début 2010. AFP