Partager

L’opposition guinéenne a dénoncé mercredi une « tentative d’assassinat » ayant visé la veille son chef de file, Cellou Dalein Diallo, mettant en cause le régime du président Alpha Condé dans un climat de contestation sociale et politique persistant. Ancien Premier ministre et principal opposant à Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo se rendait mardi matin à une manifestation interdite pour protester contre la violation par le pouvoir, selon l’opposition, d’un accord conclu en août sur l’installation des élus locaux après le scrutin contesté du 4 février. A environ un kilomètre de son domicile, le convoi du chef de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d’opposition, a été bloqué par un barrage de véhicules des forces de l’ordre, a-t-il raconté à l’AFP. Au milieu de la fumée, « les gendarmes ont visé et ont tiré. La balle est passée juste entre mon chauffeur –blessé par des éclats de verre– et moi », a-t-il poursuivi, montrant l’impact d’une balle au centre du pare-brise de sa voiture. « On a voulu m’assassiner », assure M. Diallo, en visant le président Condé. « Je vous avais dit qu’il a ordonné de m’assassiner. Voilà la preuve la plus éloquente », a lancé l’homme politique. Il a aussi affirmé avoir reçu la veille des informations le prévenant d’une tentative d’assassinat et lui conseillant de ne pas sortir, mais avoir pensé qu’il s’agissait d’une tentative « d’intimidation ». Il a assuré que les manifestations se poursuivraient. – ‘A bout portant’ – Mardi soir, la police de Conakry a affirmé que « les forces de sécurité condamnent et rejettent » ces accusations et demandé à l’opposition de prouver ses allégations. « J’étais là lorsque notre voiture a été bloquée. Un membre des forces de l’ordre a tiré à bout portant », a affirmé le président du Bloc Libéral (BL), Faya Millimouno, qui se trouvait à bord de la voiture. « Cette balle aurait pu enlever la vie du chef de file de l’opposition ou ma vie… AFP