Partager

L’opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh, disparu depuis le 3 février après l’attaque rebelle sur N’Djamena, est selon toute vraisemblance « décédé » après avoir été arrêté à son domicile par des militaires tchadiens, selon le rapport de la commission d’enquête rendu public mercredi. Attendu depuis sa remise au président tchadien Idriss Deby Itno le 5 août et après de nombreuses tergiversations au moment de la création de la commission en mars et avril, le rapport -200 pages- ne fait pas « toute la lumière » sur la disparition du porte-parole de la Coordination des Partis pour la défense de la démocratie (CPDC), « regrettent » OIF et l’UE Selon le rapport, « aucune information ou élément de preuve n’ont pu être obtenus sur le sort d’Ibni Oumar Mahamat Saleh, le seul des opposants politiques enlevés le 3 février à ne pas avoir réapparu ». C’est la première fois que l’hypothèse de sa mort est évoquée officiellement.