Partager

Les signaux sont au vert à l’Office riz Ségou pour l’atteinte des objectifs.

L’Office Riz Ségou où le ministre de l’Agriculture, Tiémoko Sangaré, s’est rendu la semaine dernière, l’optimisme est la chose la mieux partagée en ce qui concerne l’atteinte des objectifs de l’Initiative riz dans cet autre géant de la riziculture à côté de l’Office du Niger. «La campagne se passe normalement, nous enregistrons même des avancées par rapport aux années précédentes» a indiqué le Directeur de l’ORS, Kassoum Denon, dans une interview exclusive accordée à notre confrère «Les Echos», parue hier lundi 11 août.

Cette avancée, le premier responsable de l’ORS la met au compte de la mobilisation générale (paysans, experts en agriculture et autorités) autour de l’opération Initiative riz. Toute chose qui lui fera dire que «L’Office Riz Ségou va pour une production record pour cette campagne 2008-2009».

Autrement dit, l’ORS va dépasser les 60 000 tonnes demandées à lui par le gouvernement Modibo Sidibé dans le cadre de l’opérationnalisation des objectifs de l’Initiative riz qui est de produire 1,6 million de tonnes de paddy, soit 1 million de tonnes de riz marchand. Cette production devra couvrir les besoins de consommation interne et permettre de dégager un excédent de 100 000 tonnes de riz marchand.

Le coût de l’Initiative riz est de 42,65 milliards de F CFA dont 10, 71 milliards de F CFA de subvention orientée principalement sur les intrants (semences et engrais) et l’appui-conseil. L’appui en équipements agricoles se fera sous forme de crédit aux organisations paysannes. Le financement de la subvention sera assuré en partie par la réduction des dépenses de fonctionnement de l’Etat. La valeur de la production est estimée à 300 milliards de F CFA pour 300 F CFA le kg de riz marchand. L’opération dégagera des impacts positifs certains pour le producteur, le consommateur et pour l’économie nationale.

Pour soutenir sa thèse, Kassoum Denon a estimé que la campagne d’information et de sensibilisation qu’il a menée avec son équipe, en compagnie des responsables de la Chambre régionale d’agriculture, du Conseil des Cercles et des hommes de médiats, a porté ses fruits. Par l’adhésion des paysans à la cause, leur engagement et leur détermination à relever le défi. A ce jour, le constat est satisfaisant au regard des signaux qui sont tous au vert pour l’atteinte des objectifs.

«Si je me réfère aux conditions techniques de mise en valeur (moyens matériels et humains) nous allons atteindre les objectifs demandés à nous par le gouvernement. Surtout avec la réhabilitation des casiers de Farako et de Tamani pour un montant de 2,7 milliards de FCFA. Nous avons aussi acheté 110 tonnes de riz de différentes variétés pour la submersion contrôlée et 5 tonnes de Nerica. S’y ajoutent d’autres semences dont disposaient déjà les producteurs. A Dioro zone de production, considérée comme le poumon de l’Office Riz Ségou (ndlr ) l’approvisionnement en engrais est à 100%. Idem pour Sansanding. A Konodimini et Farako, nous sommes à 60%» a indiqué Kassoum Denon.

Mieux, ce constat reluisant se trouve être sous les bons auspices de la pluviométrie avec un niveau satisfaisant dans toutes les stations. Ainsi, le DG de l’ORS soulignera que «du point de vue de la mise en valeur, au niveau du riz, qui est la principale spéculation, nous sommes à 26,74% contre seulement 9,4% l’année dernière».

Alassane DIARRA

Les ministres de l’Education de base et du Développement social visitent le champ d’un agricultueur modèle dans le Cercle de Kita

Cinquième garçon issu d’une famille nombreuse, Noumou Kéïta est né vers 1969 à Madilla dans la commune rurale de Kita-Ouest. Marié et père de sept enfants dont le plus âgé a environ 15 ans, il vit principalement du travail de la terre. L’encadrement technique agricole de Kita fonde beaucoup d’espoir sur cet agriculteur modèle, ce qui a motivé la visite dans son champ de deux ministres.

C’est l’exemple type d’une famille nombreuse qui a sûrement besoin du programme d’ajustement structurel alimentaire lancé par le gouvernement depuis maintenant prés de quatre mois et qui prend, de plus en plus, des mesures adaptées aux exigences du moment.

En effet, le jeudi 7 août, à Kita, plus précisément à Madilla, localité située à 35 km de la ville, les ministres de l’Education de base, de l’alphabétisation et des langues nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo et du Développement social, de la solidarité et des personnes âgées, Sékou Diakité ont visité le champ de Noumou Keïta.

Ce dernier, possédant 59 hectares, a consenti à consacrer 4 hectares au Nerica pour accroître la proction rizicole de la localité. Il promet que si l’Etat tenait ses promesses de subvention et de baisse du prix de l’engrais, il élargirait sa superficie destinée à la riziculture jusqu’à 10 hectares.

L’initiative-riz, faut-il le rappeler, est une réponse structurelle du gouvernement Modibo Sidibé sous l’impulsion du président de la République, le Général Amadou Toumani Touré, face à la crise actuelle du riz. L’objectif de production du plan d’opération de l’initiative riz 2008-2009 est d’obtenir 1,6 million de tonnes de riz paddy, soit 1 million de tonnes de riz marchand.

Cette production doit couvrir, d’une part, les besoins de consommation interne estimés à 900 000 tonnes et d’autre part, permettre de dégager un excédent de 100 000 tonnes de riz marchand qui vont servir à l’exportation.

Le coût de l’initiative riz est de 42,65 milliards de F CFA dont 10, 71 milliards de F CFA de subvention orientée principalement sur les intrants (semences et engrais) et l’appui conseil. L’appui en équipements agricoles se fera sous forme de crédit aux organisations paysannes.

Le financement de la subvention sera assuré en partie par la réduction des dépenses de fonctionnement de l’Etat. La valeur de la production est estimée à 300 milliards de F CFA pour 300 F CFA le Kg de riz marchand. L’opération dégagera des impacts positifs certains pour le producteur, le consommateur et pour l’économie nationale.

Dès leur arrivée au champ de Noumou Kéita, les ministres se sont prêtés à une visite guidée et commentée par le chef de secteur du cercle de Kita, Ousmane Coulibaly. Ce porte-parole des paysans était, au cours de sa présentation, visiblement satisfait des premiers abords de cette initiative qui est aussi bien gâtée par l’homme que la nature. Ousmane Coulibaly a, en effet, indiqué que les prévisions pluviométriques pour la ville de Kita atteindront les 400 mm.

Donc, la récolte sera meilleure et, rien que dans son champ, on dépassera les 3 tonnes par rapport à l’année dernière. Avec les subventions accordées par le gouvernement Modibo Sidibé, la baisse des prix de l’engrais et des herbicides comme le col (herbicide qui empêche les herbes de pousser de nouveau ce qui permet de gagner 40 à 45 jours) des résultats de qualité et de quantité sont attendus, a-t-il souligné. Noumou Kéita a ajouté qu’avec ces aides, il passera d’une superficie de 4 à 10 ha et augmentera ainsi sa production de riz.

La ministre de l’Education de base, de l’alphabétisation et des langues nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo a, avant tout, salué le courage de ces gens modestes, mais grands par leur esprit et leur force. Elle a relevé que «l’opération Initiative riz progresse à rythme voulu et qu’il faut 100 jours pour voir les premiers résultats» et a assuré que «la moisson sera bonne».

Mme Sidibé Aminata Diallo a lancé un appel à tous les agriculteurs du Mali à concentrer leurs efforts sur l’opération initiative riz afin d’enrayer le phénomène de cherté de la vie.

Pour sa part, le ministre du Développement social, de la solidarité et des personnes âgées, Sékou Diakité, a précisé que «le producteur semencier local, dont nous avons visité le champ, à savoir Noumou Kéita, possède 4 ha de Nerica4 qui vont être pris comme semence».

Il a fait remarquer qu’avec les 59 ha de l’intéressé, une diversification des cultures permettrait de répondre aux besoins du marché local. Pour finir, il a révélé que «grâce à une saison riche en eau, les résultats seront au-delà de nos espérances, ce qui veut dire que notre programme évolue sur une bonne base».

Noumou Kéita est un homme actif, courageux, à la tête d’un groupe de 15 personnes. Ses 59 hectares sont répartis entre deux sortes de cultures qui sont d’un côté, les cultures de rente composées de coton avec 25 ha, d’arachide 4 ha, de pastèque 3 ha, de sésame 3 ha et de riz 4 ha et, de l’autre, les cultures vivrières : sorgho 2 ha, mil 5 ha, maïs 10 ha et niébé 2 ha.

Toujours aussi motivé et dévoué à la tâche, Kéita prouve, encore une fois, que l’on peut compter sur lui et ses éléments car ayant en leur possession tout l’équipement approprié constitué de six houes asine, de deux semoirs, de trois multicultures, de deux charrettes, de 14 bœufs de labour, de 7 ânes et enfin de 12 actifs. Cependant, Noumou Kéita a fait part aux autorités d’un déficit de machines pour les semences car il faut, selon lui, des décortiqueuses et batteuses pour garantir un meilleur résultat dans les délais prescris.

L’homme a fait la connaissance de la variété de riz dénommée Nerica4 l’année dernière. Malheureusement, faute de semences, il a vu ses réalisations 2008/2009 se limiter à 3.5 ha de R2 et à 0.5 ha de R1. Noumou Kéita a commencé ses activités entre le 27 juin et le 10 juillet et a déjà exécuté des travaux de labour, d’apports de complexe céréale, de semis, l’herbicidage ainsi que les premiers désherbages et l’apport d’urée.

Noumou Kéita étant un candidat de qualité qui remplit toutes les conditions requises pour ma bonne réussite de l’Initiative riz . Et, c’est pour cette raison que l’encadrement technique agricole de Kita l’a choisi dans la production de semences de riz pour la campagne en cours.

Moulaye HAIDARA

Envoyé spécial

12 Aout 2008