Partager

L’ONU a dénoncé dimanche la confirmation en appel par la justice égyptienne de la condamnation à mort de 75 personnes, dont des chefs islamistes, et appelé à revoir un verdict « injuste », suscitant la colère du Caire. « J’espère que la Cour d’appel égyptienne va revoir son verdict de façon à ce que les principes internationaux de justice soient respectés », a déclaré la Haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’Homme, Michelle Bachelet, dans un communiqué. « Le fait que les accusés aient vu leur droits fondamentaux ignorés de manière flagrante fait peser un doute sérieux sur la culpabilité de tous les condamnés », a déclaré Mme Bachelet, qui vient de prendre ses nouvelles fonctions. Dans un communique publié dans la soirée, le ministère égyptien des Affaires étrangères a « dénoncé dans les termes les plus forts » le communiqué de la Haut-commissaire de l’ONU, l’accusant de « manque d’objectivité ». Un tribunal du Caire a confirmé samedi la condamnation à mort de 75 personnes, dont des dirigeants des Frères musulmans, dans l’un des plus grands procès de masse depuis la révolte ayant secoué l’Égypte en 2011 dans le sillage du Printemps arabe. Au total, 739 personnes étaient jugées samedi, accusées pour la plupart d’avoir tué des policiers ou d’avoir vandalisé des biens publics en août 2013, lors d’émeutes au Caire. « Les 739 personnes ont été jugées en masse et n’ont pas pu bénéficier d’une représentation légale individuelle devant le tribunal »,.AFP