Partager

« Il semble que cette guerre ne finira jamais », lâche, désemparé, Hussein, dans sa boutique de Mogadiscio. Loin des pirates qui mobilisent l’attention de la communauté internationale, il s’attend à une nouvelle bataille sanglante pour le contrôle de la capitale somalienne. Tôt vendredi, au moins 11 insurgés islamistes ont été tués dans Mogadiscio, capitale en ruines d’un pays dévasté par 17 ans de guerre, lors de violents échanges de tirs avec les forces gouvernementales, ont indiqué des témoins. Chassés fin 2006 de la capitale et de leurs positions dans le centre et le sud du pays par l’intervention de l’armée éthiopienne venue soutenir le gouvernement de transition, les insurgés islamistes regagnent du terrain depuis plusieurs mois. Présents dans Mogadiscio, ils attaquent régulièrement les représentants gouvernementaux, les forces somaliennes et leurs alliés éthiopiens, ainsi que la force de paix de l’Union africaine (Amisom). A l’extérieur, ils ont quasiment encerclé la ville. (Afp)