Partager

Quel financement pour la recherche et la formation

Formuler des propositions concrètes afin de mettre en place des conditions essentielles pour le développement de l’agriculture et des milieux ruraux au Mali.

Tel est l’objectif global d’un atelier qui s’est ouvert hier lundi 5 septembre, au mémorial Modibo Kéïta, en vue de mieux préparer l’adoption la loi d’orientation agricole.

Pour cela, deux thématiques sont inscrites au programme.
La première porte sur « la recherche, la formation, le conseil, et la vulgarisation agricole ». Elle est présentée par Dr Adama Traoré, éminent cadre du ministère de l’Agriculture.

Quant à la seconde, elle a trait au financement même de l’agriculture. Elle est animée par le Dr Abdoulaye Sall de CRI 2002.

Organisé par le ministère de l’Agriculture à l’intention des paysans, l’atelier s’articulera en général, pour ce qui concerne la première thématique, sur « l’organisation et le fonctionnement de la recherche agricole depuis les grandes reformes de 1993, les échanges sur les contraintes de la recherche agricole malienne et les problèmes spécifiques à la vulgarisation et au conseil agricole au Mali« .

Et, en particulier, il concerne les points suivants : la construction d’un Système National de Recherche Agricole (SNRA), l’amélioration des outils de programmation et d’évaluation, la question des ressources humaines, de l’accès libre aux semences et de la formation continue des agriculteurs.

Sans compter d’autres questions liées aux OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) et la méthodologie de vulgarisation agricole telle que prévue dans le cadre du PASAOP. Dans le cadre de la seconde thématique, les travaux porteront sur un seul point à savoir « la problématique du financement de l’agriculture au Mali« .

Dans ce cadre, les points soumis à la réflexion sont, entre autres la mobilisation des ressources internes et externes, les financements aux paysans et à leurs organisations et enfin les services financiers centralisés et décentralisés (banques, caisses d’épargne et de crédit, mutuelles et assurances).

A la cérémonie d’ouverture des travaux, le conseiller technique du ministère de l’agriculture chargé de la loi d’orientation agricole, Abdrahamane Cissé, a soutenu qu’il s’agit de développer des approches afin que l’agriculture retrouve toutes ses lettres de noblesse pour un développement durable au Mali.

Alassane DIARRA

06 septembre 2005.